Conférence de clôture à la BNUS réussie !

Poirot

Hier soir a eu lieu dans l’auditorium de la BNUS la conférence de clôture du projet Archivum Rhenanum. M. Poirot, administrateur du lieu, nous a fait l’honneur de nous adresser un mot de bienvenue, suivi de la conférence de Mme Laurence Buchholzer-Remy et de la présentation du portail par Mme Laëtitia Brasseur-Wild (cf photos ci-dessous). Au nom des partenaires du projet, Mme Liessem Breinlinger, membre de l’Institut Alémanique de Fribourg et présidente de l’Association d’histoire du Brisgau « Schau-ins-Land », a salué le travail commun et la réalisation du projet.

Vortrag-Buchholzer

Nous remercions tous ceux qui ont participé à l’organisation de cette manifestation, la BNUS et tous les auditeurs présents.

Vortrag-Brasseur-Wild

 

On le constate : chaque projet permet de dépasser les frontières dans le Rhin Supérieur !

 

INVITATION A LA CONFERENCE DE CLOTURE (30 JUIN 2015, STRASBOURG)

Rendez-vous le mardi 30 juin à 18h dans les nouveaux locaux de la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg pour notre manifestation de clôture ! Après quelques mots d’accueil, Mme Laurence Buchholzer tiendra une conférence sur « Les outils numériques de l’historien médiéviste, entre France et Allemagne », suivie par une présentation du projet par Laëtitia Brasseur-Wild.

Inscription auprès des Archives départementales du Haut-Rhin (archives@haut-rhin.fr)

Archivum_Rhenanum-Flyer_201505

Le Landesarchiv Speyer, partenaire du projet, se présente

Le Landeshautparchiv à Coblence et le Landesarchiv Speyer constituent ensemble l’administration des archives du Land Rhénanie Palatinat. En tant que service d’archives local de l’ancien territoire du Palatinat et de la Hesse rhénane, le Landesarchiv a dans son ressort toutes les entités administratives du Land ainsi que les autorités locales et régionales dépendant de l’administration du Land et qui n’ont pas de service d’archives propre. En outre, au besoin, le Landesarchiv peut prendre en charge les organismes publics du Palatinat et de la Hesse rhénane. En complément de ses fonds, il a une mission de collecte et de documentation.

Bild_Landesarchiv_neu2

En 1816, le royaume de Bavière, conformément aux décisions du Congrès de Vienne, récupère une partie de l’ancien département français du Mont Tonnerre sous la dénomination de « Rheinkreis ». Dans ce contexte, le futur Landesarchiv de Spire est créé le 1er janvier 1817 en tant que  « Kreisarchiv du Royaume de Bavière » pour le « Rheinkreis » (à partir de 1838 « Palatinat », et en 1939 « district du Palatinat ») au siège du nouveau gouvernement. En 1921, il devient « Staatsarchiv » puis à partir de 1975 « Landesarchiv ». En 1902, il s’installe dans un bâtiment sur la place de la cathédrale, et en 1987 dans une nouvelle construction futuriste sur le Stadtrand, où est aussi installée depuis 1990 la Landesbibliothek du Palatinat. Les documents conservés ici occupent environ 22 km d’étagères.

Comme c’est le cas pour d’autres services d’archives constitués dans l’Allemagne de l’ouest, les archives de Spire sont d’abord chargés de la prise en charge des archives des couvents dissous et des seigneuries, abandonnées lors de la conquête française, comme par exemple le Palatinat du Rhin (série A) et le Palatinat-Deux-Ponts (série B). A cela s’ajoute les documents concernant le Palatinat et émis par l’administration française (série G) et les versements faits au fur et à mesure par les nouvelles autorités bavaroises (série H), en particulier le gouvernement du Palatinat ou les autorités régionales (depuis 1939 « Landkreise »).

Le Landesarchiv a vu un accroissement significatif des fonds d’archives de l’époque de l’ancien empire lors de l’achat en 1996 de l’importante collection de chartes de Christoph Gatterers (1727-1799) et de son fils Christoph Wihlelm Jakob (1759-1838), représentant 4375 pièces. Une nouvelle entrée primordiale en 2003 et 2005 fut le prêt pour 20 ans d’abord par les archives bavaroises des documents concernant Spire issus de la division des archives du tribunal impérial envoyées à Munich au 19e siècle.

D’autres fonds contemporains intéressants du Landesarchiv concernent par exemple le séparatisme des années 1920 (sous-série R12), la police secrète d’état à Neustadt/W (sous-série H90 et H91) qui contient plus de 12 000 documents, l’aryanisation des biens juifs dans le Palatinat (sous-série T 104) ou encore la dénazification (R 18) et les réparation (pour le Palatinat R19 ; pour la Hesse rhénane R20).

A côté des fonds d’archives d’état, se trouvent 373 fonds d’archives de communes et de villes (série U), dont les archives de la ville d’Oppenheim remontant au 14e siècle avec 5424 documents. Dans les archives privées, on trouve entre autre le fonds d’archives d’entreprise de Gienanth (sous-série T98) et les fonds politiques de Franz Bögler (V 52), Jakob Ziegler (V118) et Oskar Stübinger (V184). Par ailleurs, le Landesarchiv conserve 80 fonds d’associations et 216 entrées.

 

Le programme des manifestations organisées par l’association d’histoire du Brisgau « Schau-ins-Land (1er semestre 2015)

Le nouveau programme de notre partenaire est paru !

Du fait de leur caractère transfrontalier, deux manifestations sont à signaler : tout d’abord la conférence du Dr. phil habil. Conradin von Planta “Die Deutschordens- und Johanniterkonvente im Elsass des 13. Jahrhunderts“ (11.05.2015), et ensuite l’excursion d’une demi-journée « Der Rheinübergang bei Sasbach am Kaiserstuhl – von der Fähre zur modernen Straßenbrücke“ (04.07.2015) avec Renate Liessem-Breinlinger, Prof. Dr. Peter Volk et Dipl. Ing. Peter Schwörer.

Retrouvez le programme complet ici.

Le nouveau programme de l’Institut alémanique de Fribourg

Le nouveau programme semestriel de notre partenaire vient de paraître. Au menu : des conférences (Les jardins à Eichstetten), des excursions (Fribourg en Brisgau, Andlau en Alsace), des colloques (« Un pape en fuite » – retour sur les conséquences du concile de Constance vu de l’Oberrhein) ou encore des tables rondes (Haut-Koenigsbourg, techniques modernes de l’archéologie).

Le programme complet ici.

Présentation du portail (22 octobre 2014)

Lors de la présentation du portail à Karlsruhe (22/10/2014)
Lors de la présentation du portail à Karlsruhe (22/10/2014)

Notre portail transfrontalier a été présenté au public hier soir à Karlsruhe. Il n’est certes encore qu’en construction : l’intégration des données se fera progressivement par les co-financeurs jusqu’à la fin du projet. 60 000 images sont cependant d’ores et déjà disponibles, 100 000 le mois prochain.

Lien vers le portail

Lien vers l’article de presse de SWR4

Le Prof. Dr. Dr. Rolf Große (Institut historique de Paris) a tenu une conférence dont le propos était de donner un aperçu de la recherche (commune) sur l’histoire franco-allemande. Son texte sera présenté sur ce blog dans les prochaines semaines.

Archivum Rhenanum présenté à l’association Erasm

Vendredi 17 octobre, les Archives régionales d’Alsace recevaient à la Maison de la Région l’association Erasm (Entente Rhénane des Archivistes des Services Municipaux). Loin de se cantonner aux archives municipales, cette organisation rassemble deux fois par an les archives du Rhin supérieur, actifs et retraités, et couple une réunion de travail et une visite patrimoniale.

A cette occasion, les membres de l’association ont découvert le portail Archivum Rhenanum et ses fonctionnalités. La coopération transfrontalière étant au cœur de ses préoccupations, l’association s’est montrée fortement intéressée et certains services souhaitent d’ores et déjà rejoindre le projet et ajouter des documents conservés dans leurs services.

La numérisation a commencé à Colmar !

Le fonds de la Régence d’Ensisheim (cote : 1C) comprend 8691 pièces et représente 70 mètres linéaires. La numérisation de la totalité du fonds et sa mise en ligne demandant beaucoup de temps, une 1ère sélection de cote a été faite et elle sera complétée au fur et à mesure.

1ère étape : la numérisation des 85 premiers articles (les rouages de l’administration des Pays Antérieurs). 53 articles sont d’ores et déjà numérisés, soit 682 images !

Arch_Rhen_numérisation

 

A propos de « Archivum Rhenanum »

Je ne peux que me réjouir de tout ce que j’ai lu concernant ce projet. Car l’entente et la coopération franco-allemandes ont harmonieusement progressé au niveau des parlements nationaux, des gouvernements et des Ministères ainsi que de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ), ainsi que de nombreux jumelages ou échanges. Mais en même temps, le fossé entre le pays de Baden et l’Alsace s’est creusé depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale malgré le nombre de nouveaux ponts sur le Rhin et autres projets bien intentionnés. Il y a en effet de moins en moins d’Alsaciens vraiment bilingues; parmi ceux qui sont nés après 1970, rares sont ceux qui parlent l’allemand. Parallèlement, seul un petit nombre de Badois maîtrise le français: c’est tout aussi préoccupant. Il en résulte que pour se comprendre de part et d’autre du Rhin, on a bien souvent recours, plutôt mal que bien, à l’anglais.

L’Archivum Rhenanum peut servir de pont entre Français, Suisses et Allemands. Il les aide en effet, qu’ils soient jeunes ou moins jeunes, à s’approprier des pans importants du patrimoine culturel commun et ainsi à les préserver. Internet offre pour cela des perspectives fantastiques; il permet en effet à ceux qui se préoccupent de leur passé, qu’ils habitent Toulouse ou Aix la Chapelle, d’acquérir, chez eux, les bases et l’ouverture auxquelles ils aspirent. Et cela sans avoir à engager des frais de voyage et de séjour!

Dans cette optique, voici, à présent, trois suggestions:

1) Introduction à la langue: des archivistes et historiens alsaciens ont déjà élaboré pour cela des outils précieux (voir ci-dessous). Avec peu de frais supplémentaires, on peut les adapter aux besoins des élèves, des étudiants, des passionnés contemporains.

2) Introduction aux différents alphabets, en complément à la langue. Allemands, Français et Suisses sont souvent découragés, dès le départ, du seul fait que certains textes sont écrits en caractères «gothiques», voire en écriture ‘Sütterlin’ ou autres graphes. Il existe déjà, parfois sous forme de diptyque, des reproductions de textes complétées par des transcriptions; il faudrait les transférer dans Internet et préciser leur sens dans la langue parlée: Internet permet tout cela.

3) Introduction au travail pratique grâce à l’appui d’archivistes, d’historiens, de professeurs… En Alsace cela pourrait se faire dans telle ou telle ville de la Décapole, de préférence le week-end: par exemple à Kaysersberg en janvier, à Sélestat en février, à Wissembourg en mars… De même, du côté badois et palatin, à Landau, Kehl, Brisach. Les mois les plus appropriés me semblent être ceux où il y a peu de touristes, également en dehors des foires et des congrès, afin que les frais de séjour restent acceptables. C’est à de telles occasions que l’on pourrait faire connaissance, briser les préjugés et assurer, dès les premiers pas, l’épanouissement des participants.

Complément à 1 (Introduction à la langue): de nombreuses éditions de sources relatives à l’administration, à l’économie et à l’histoire de l’Alsace comprennent des glossaires allemands-français; voir Norbert Ohler: Auswahlbibliographie zur Landeskunde des Elsaß, vornehmlich zur Geschichte. In: Das Elsaß. Bilder aus Wirtschaft, Kultur und Geschichte. Hrg. von Jean-Marie Gall und Wolf-Dieter Sick (= Alemannisches Jahrbuch, 1987/88). Bühl 1991, S. 427-462, Nr. 402 à 488bis.

Nobert Ohler, Horben, Juli 2014
(Übersetzung Jean-Marie Trautmann, Thann, August 2014)