Europeana 1914-1918

En vue des commémorations du centenaire du début de la Première Guerre mondiale, la bibliothèque numérique européenne « Europeana » a lancé en 2010, avec la Bibliothèque nationale allemande et l’Université d’Oxford, un grand projet de numérisation de documents sur la Première Guerre mondiale.

Les Archives départementales du Bas-Rhin et du Haut-Rhin (ainsi que la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg) ont pris part du 9 au 16 novembre 2013 à la « Grande Collecte », une manifestation nationale associant Archives et bibliothèques à ce projet européen.

A Strasbourg et à Colmar, près de 200 personnes ont apporté et présenté de nombreuses photographies, lettres, cartes postales et souvenirs issus d’archives familiales ou autres objets de la Première Guerre mondiale. Ils enrichiront de milliers d’images les Archives en ligne… ce qui pour le moment demande beaucoup de travail aux centres d’archives du Bas-Rhin et du Haut-Rhin ! Après leur numérisation, les documents seront restitués à leurs propriétaires et les images rendues accessibles au grand public sur Internet.

Ces journées sont, particulièrement en Alsace, d’un grand intérêt d’un point de vue transfrontalier, puisque pendant la Première Guerre mondiale l’Alsace appartenait à l’Empire allemand et que beaucoup d’Alsaciens ont combattu dans l’armée impériale.

Vous trouverez ci-dessous les premiers résultats de cette collecte à Strasbourg :

« Cinq photographies de Georges Lautemann (1895-1969), sous-officier au M.W. Batl. III (armée allemande) » – http://www.europeana1914-1918.eu/fr/contributions/9312
« Deux photographies de Jean-Pierre Brisbois, mort au combat le 12 octobre 1918 (armée allemande) » – http://www.europeana1914-1918.eu/fr/contributions/9312
« Cartes envoyées par Wilhelm Keller (1873-1920) à son épouse Salomé Eberhardt (1874-1955) » – http://www.europeana1914-1918.eu/fr/contributions/10231
« Premier album de Nicolas Hiessler (1884-1952), infirmier en Flandre et en Artois (armée allemande) » – http://www.europeana1914-1918.eu/fr/contributions/10130
« Second album de Nicolas Hiessler (1884-1952), infirmier en Flandre et en Artois (armée allemande) » – http://www.europeana1914-1918.eu/fr/contributions/10135

Un geste de l’Etat pour « Archivum Rhenanum »

En cette fin d’année 2013, le ministère de la Culture et de la communication français, par l’intermédiaire de la Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC) Alsace, soutient la restauration et la numérisation du fonds de la Préfecture impériale de Haguenau par l’octroi d’une subvention complémentaire de 4 000 €.

A ce titre, ainsi que pour son intérêt manifesté pour le projet, nous nous réjouissons de pouvoir l’inscrire au nombre des partenaires d’Archivum Rhenanum.

Colloque « Frontières, espaces et identités dans le Rhin supérieur et ses régions voisines de l’Antiquité au Haut Moyen Âge »

Tagung LandesgeschichteCe colloque examinera, au fil d’un programme riche et serré d’interventions interdisciplinaires essentiellement prononcées par des archéologues et des historiens, les concepts actuels d’espace sous l’angle de leur importance analytique dans la définition géographique d’un Rhin supérieur. Comment se sont constitués les espaces géographiques, politiques et culturels, et comment ont-ils été structurés par leurs acteurs ? Le colloque étudiera cette question dans une approche largement interdisciplinaire, délibérément axée sur les modèles spatiaux théoriques, et déroulée de manière diachronique de l’Antiquité au Haut Moyen Âge. Il s’intéressera également à l’influence souvent surestimée des tentatives politiques d’aménagement du territoire, de même qu’il évoquera l’incidence du commerce et de la perception des distances sur la structuration de l’espace. Il devrait déboucher sur l’élaboration d’un tableau regroupant divers concepts d’espace qui se chevauchent sur le plan temporel et géographique, et révélant des interdépendances et des modes de communication jusqu’alors insoupçonnés. L’« espace » en tant que tel sera alors par principe envisagé sous l’aspect d’une catégorie épistémologique variable. L’analyse des relations spatiales mettra ainsi en évidence d’étonnantes continuités, mais aussi le changement de « régime » lié au changement de représentation des espaces où pouvait agir le pouvoir politique. Ce colloque vise à développer de nouvelles perspectives méthodologiques, et à les appliquer par la suite à un projet de recherche interdisciplinaire.

Du 13 au 16 novembre 2013, maison zur Lieben Hand, Löwenstraße 16, Fribourg-en-Brisgau.

Retrouvez ici le programme complet.

Vie et oeuvre de Heinrich Schickhardt

SchickhardtSur ordre du duc de Wurtemberg, Heinrich Schickhardt a conçu une ville entièrement nouvelle, là où  ne se trouvait auparavant qu’une forêt noire. C’est ainsi que naquit en 1599 Freudenstadt en Forêt Noire – sur une terre ingrate et moussue, comme le remarque en expert Schickhardt, et à l’encontre de son avis exprès et compétent. Aujourd’hui, Schickhardt ne s’étonnerait pas seulement de la curieuse tour des années soixante-dix dressée isolément à l’entrée de la ville.
Heinrich Schickhardt, fils d’un menuisier d’Herrenberg, ingénieur, autodidacte et plus important architecte de la Renaissance dans le sud-ouest de l’Allemagne est resté présent jusqu’à nos jours par ses bâtiments. On peut découvrir Schickhardt en toutes lettres, au fil des 21 stations de l’Itinéraire Culturel européen qui conduit de Stuttgart et Leonberg jusqu’à l’Alsace et au pays de Montbéliard en passant par Metzingen et Tübingen.
Schickhardt remit sur pied des colonies ravagées par des  incendies dévastateurs, esquissa, planifia, acheva et rénova des ponts et des tours, des églises et des maisons bourgeoises, fit édifier et remanier quelque 50 châteaux, voyagea en Italie, en revint plein d’inspiration et conçut de grands jardins à l’italienne.
Lorsque la Guerre de Trente Ans atteignit le Wurtemberg, il établit, à 74 ans, un répertoire de ses créations. Son « Inventarium » est conservé sous forme d’original : c’est un volume contenant plus de 1500 esquisses et dessins, des descriptions et commentaires détaillés. Ce livre est aujourd’hui un document unique, d’intérêt européen, un extraordinaire abrégé des événements politiques des XVIe et XVIIe siècles. Il donne un aperçu de la culture et de l’art de la Renaissance, des techniques, de la géographie historique et de la littérature allemande.
Le gros volume publié par la société Heinrich-Schickhardt, édité et publié chez G. Braun-Verlag, contient en 664 pages l’essence de l’original. Tous les plans et dessins de Schickhardt sont reproduits sous forme de fac-similés, tous ses textes sont transcrits, traduits en allemand et en français et commentés. Un riche glossaire, un index des noms de lieux et de personnes facilitent l’accès au texte et rendent ainsi l’inventaire exploitable pour la recherche. De nombreux dessins encore inédits, issus des archives, accroissent la collection.
Le livre est une découverte, il vient mettre un terme au sommeil séculaire du volume original conservé à Landesbibliothek du Wurtemberg et rend hommage à l’architecte régional
Schickhardt, reconnaissant en lui un ingénieur, un artiste créateur et pragmatique qui a fait date, bien au-delà du Wurtemberg.

Le livre sera présenté le vendredi 6 décembre 2013, à 20h15, salle municipale, rue des sports, à Horbourg-Wihr. Une autre date de présentation à la Landesbibliothek de Stuttgart est prévue au début du mois d’avril 2014.

Informations complémentaires :
http://www.heinrich-schickhardt-kulturstrasse.de/
http://gbraun-buchverlag.de/de/wuerttemberg/neuerscheinungen/heinrich-schickhardt,486891449.htm

Ottmar Nachtgall : quand Strasbourg chantait l’humanisme

 

Nous relayons volontiers l’information relative à l’ouverture de l’exposition

« Ottmar Nachtgall : quand Strasbourg chantait l’humanisme »  

dans le cadre du projet INTERREG IV Rhin supérieur « Patrimoine Humaniste du Rhin Supérieur », à la MISHA, 5 allée du Général Rouvillois, à Strasbourg.

L’exposition se tient du 4 novembre au 19 décembre 2013.

Information complète sur les différentes manifestations associées sur le site de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

Archéologie de la Grand Guerre en Alsace et en Lorraine

Nous relayons volontiers l’information relative à la nouvelle exposition du musée archéologique de Strasbourg (du 25 octobre 2013 au 31 décembre 2014).

Flyertitel

Extrait de la plaquette de présentation :

L’archéologie du passé récent, en particulier celle de la Grande Guerre de 1914-1918, est une branche très novatrice de la recherche, qui ouvre de nombreuses perspectives pour les études historiques et renouvelle la compréhension de la vie quotidienne des combattants sur les lignes de front. Des résultats spectaculaires ont été obtenus au cours de la dernière décennie, en particulier à l’occasion d’opérations d’archéologie préventive menées sur des positions militaires, tant en Alsace qu’en Moselle et dans la Meuse. L’exposition en dresse un premier bilan et aborde également de nombreuses problématiques historiques et archéologiques à travers une démarche largement pluridisciplinaire, illustrée par plus d’une soixantaine de sites fouillés à ce jour en Alsace et en Lorraine (Geispolsheim, Carspach, Schweighouse- Thann, Sainte-Marie-aux-Mines, Vauquois, forêt d’Argonne, Verdun, Chaillon…).

L’accent est mis aussi sur la préservation de ce patrimoine militaire fragile et menacé et sur la réflexion engagée pour protéger des lieux de mémoire dont la disparition s’accélère au rythme des travaux d’aménagement, mais aussi des pillages illégaux liés à leur isolement.

Pour en savoir plus : plaquette de présentation