Promoteurs et partenaires

Le projet est encouragé et soutenu par les institutions, centres d’archives et associations présentées ci-dessous.

Partenaires co-financeurs :

Archives Départementales du Bas-Rhin

Les Archives départementales du Bas-Rhin, comme les Archives des autres départements français, trouvent leur origine dans une loi de la période révolutionnaire. Elles dépendent de l’Etat par le biais du Service interministériel des Archives de France (Ministère de la Culture) et exercent en son nom le contrôle scientifique et technique des archives publiques de leur ressort.
Les Archives départementales sont actuellement une compétence du Conseil départemental et sont essentiellement financées par lui ; l’Etat continue de prendre en charge le traitement des conservateurs et une partie des coûts de construction des bâtiments.
Depuis 2010, les Archives relèvent de la Direction des Archives, du Patrimoine et de la Mémoire. Elles comptent 30 agents, répartis en 3 services :
– un service administratif et financier
– un service des publics (accueil, salle de lecture, offre pédagogique, numérisation, conservation préventive, site internet)
– un service collecte et traitement des fonds.

Fonds et series

Une large part des fonds anciens, provenant des nombreuses et plus ou moins grandes seigneuries laïques, des institutions religieuses et des administrations supprimées, a été regroupée en application des lois de 1790 et 1793 relatives à la vente des Biens nationaux. Cette situation a abouti, avec la loi du 26 octobre 1796, à la fondation d’un service d’archives dans chaque chef-lieu de département. Cette législation a été suivie et complétée d’autres dispositions règlementaires au XIXe s. : creation, en 1839, des postes d’archiviste ; institution en 1841 d’un cadre de classement pratiquement inchangé jusque 1944 ; règlement général des Archives départementales en 1843 suivi, en 1854, 1862 et 1867, d’instructions pour la rédaction et la publication des instruments de recherche. De toutes ces prescriptions, le cadre de classement reste jusqu’à ce jour la plus connue. Il repose sur le principe de provenance des fonds, c’est-à-dire du respect de leur appartenance et cohérence originelles.

Les Archives ont été réparties en 4 groupes chronologiques :
1.) les archives laïques et religieuses d’intérêt historique appelées Archives anciennes, avec pour limite le début de la Révolution française,
2.) Les fonds de la période révolutionnaire (1790-1800),
3.) les Archives modernes depuis 1800, qui servaient encore aux besoins courants de l’administration. Ce 3e groupe va normalement jusque 1940, mais dans le Bas-Rhin l’annexion de 1870 a conduit à la création d’un autre ensemble, les séries AL et D, pour l’époque du Reichsland jusque 1945,
4.) les Archives contemporaines, de 1945 à nos jours (Série W).

Chacun de ces 4 (en réalité 5) groupes est constitué de nombreux fonds. Les fonds antérieurs à 1870 dont la thématique était la même ont été rassemblés en grandes rubriques, appelées Séries et désignées chacune par une lettre de l’alphabet, par exemple B pour les archives judiciaires, C pour les archives de l’administration provinciale, E pour les fonds de seigneuries, familles ou notaires, G pour les archives du clergé séculier, H pour les archives du clergé régulier ou encore M pour l’administration générale du département à compter de 1800. Ces séries ont été postérieurement divisées en sous-séries.

Le quartier et le “Vaisseau”

Le site sur lequel se sont implantées les Archives départementales appartient à un “nouveau quartier” de la ville de Starsbourg. Il est proche du Port du Rhin et était auparavant une friche industrielle. En face des Archives départementales se trouve le “Vaisseau”, également financé par le Conseil départemental du Bas-Rhin, ouvert depuis 2005. Il a depuis dépassé toutes les attentes : conçu pour recevoir annuellement 90 000 visiteurs, il en accueille aujourd’hui 170 000 par an. Cette structure permet aux enfants et adolescents de 3 à 15 ans de découvrir et expérimenter ensemble, avec d’autres enfants ou avec leurs parents, la science sur un mode ludique. Elle propose aux enseignants une offre adaptée aux différentes classes, conforme aux programmes scolaires français et du Bade-Wurtemberg. Plus de 130 éléments interactifs permettent aux enfants de mettre en pratique la règle la plus importante du Vaisseau : « il est interdit de ne pas toucher ! ».

Le nouveau bâtiment des Archives

Le Conseil départemental du Bas-Rhin a décidé de financer un nouveau bâtiment pour les Archives en l’an 2000. Différents problèmes ont cependant reporté l’ouverture de ses portes au 13 février 2013. La première partie du bâtiment consiste, sur 7 étages, en 45 magasins de conservation, desservis par 2 monte-charge. Tous les magasins ont été d’emblée équipés de rayonnages fixes ou mobiles aptes à accueillir 60 kilomètres linéaires de documents, à l’exception de deux magasins, qui ont été équipés de meubles à plans. Les Archives accueillent aujourd’hui près de 35 kilomètres linéaires de documents, mais aussi de nombreux livres, plans, photographies et supports audio-visuels. Un magasin “normal” a une surface de 200 m2 et une hauteur de 2,20 m. Il est précédé d’un sas. L’air pollué est filtré avant d’entrer dans les magasins, dont la température et l’humidité relative sont constamment surveillées par un prestataire extérieur. 50 sondes permettent de recueillir les mesures nécessaires, enregistrées sur un PC. On veille en outre à ce que l’éclairement soit le plus faible possible : c’est pourquoi les magasins ne disposent que d’une petite fenêtre. La seconde partie du bâtiment ne compte que deux étages. On y trouve les espaces dédiés au public ainsi que les locaux de travail des agents des Archives. Un auditorium particulier offre 90 places assises. Il y a aussi une salle d’exposition, ainsi qu’une salle de lecture de 80 places. Les Archives sont fréquentées chaque jour par environ 20 à 30 personnes différentes.

Contact :
Archives départementales du Bas-Rhin
6 rue Philippe Dollinger
67100 Strasbourg

Tél : +33 (0)3 69 06 73 06
Fax : +33 (0)3 69 33 21 39
E-mail : archives@bas-rhin.fr
www.archives.bas-rhin.fr


Archives Départementales du Haut-Rhin

L’état des archives de la chancellerie est connu grâce au travail de Théobald Hinderer, auteur d’un cadre de classement rédigé en 1601. Cet employé de la Régence depuis 1570 (il meurt en 1618) avait alors pour ambition de rédiger un inventaire analytique de tous les documents. Depuis 1579, ces archives étaient rangées dans deux salles du château d’Ensisheim qui avaient été aménagées avec des placards.

La guerre de Trente ans oblige les officiers à quitter Ensisheim, devant l’avancée de Mansfeld, en 1621-1622. Un plaideur écrit en 1646 qu’après la première prise de la ville,  » beaucoup de papiers de la chancellerie ont été vus dans le fossé « . Mais l’invasion suédoise de 1632 marque le d´but de pérégrinations hasardeuses tant pour les officiers que pour les documents. En septembre 1632, devant l’imminence de l’arrivée de l’ennemi, la Régence donne l’ordre aux baillis de Bollwiller, Thann, Masevaux et Landser d’envoyer des chariots à Ensisheim pour assurer l’évacuation des papiers de la chancellerie vers Belfort, séjour temporaire puisqu’en décembre 1632, l’abbaye de Lure accepte d’accueillir les archives qui se trouvent alors à Belfort. La Régence se replie à Thann, Belfort, Remiremont, jusqu’à Luxeuil, et, en novembre 1633, à Brisach où elle tente de rassembler ses papiers, mais sans grand résultat semble-t-il, l’invasion française survenant peu après le repli des Suédois, en 1634.

Cependant, des transferts avaient eu lieu à Brisach (en 1630 et 1636), à Ottmarsheim (1632), à Neuenburg (documents de la Chambre, en 1636). Lorsque la forteresse de Brisach se rend à Bernard de Saxe-Weimar, en décembre 1638, la capitulation stipule que tous les documents alors en possession des officiers autrichiens devront être remis au vainqueur. Ces documents constituent le noyau des archives de l’administration royale française, et parviennent au siège de l’Intendance à Strasbourg en 1698. N problème majeur se pose alors aux administrateurs royaux : la compréhension de documents pour la plupart écrits en allemand. Une tâche importante d’identification et d’analyse est alors effectuée par les soins du sieur de Ranty, qui rédige de petites étiquettes liées par une ficelle au bas des pièces et produit un Inventaire des papiers de la province d’Alsace provenant de la Régence et Chambre des finances des archiducs d’Autriche à Ensisheim, ensuitte transportés au Viel Brisach et depuis rapportés dudit Brisach à Strasbourg en vingt tonneaux. Ce travail avait nécessité l’aide de trois interprètes et duré vingt mois.

Ce fonds, déjà mutilé, connaît encore certaines péripéties : en 1763-1764, des pièces sont envoyées aux Archives autrichiennes, alors que le commissaire Kau prélève dans les Archives d’Innsbruck un certain nombre de titres qui sont inclus dans les Archives de l’Intendance. La Commission féodale, instituée à partir de 1756 pour confectionner un état des fiefs en Alsace, retire des pièces justificatives et les intègre dans ses dossiers. D’autres extraditions ont lieu, au profit de l’Electeur de Bavière, du duc de Mazarin, du duc de Châtillon, de la Régence de la Noblesse à Fribourg, du prince de Nassau, du marquis de Meuse, du gouvernement royal à Paris et Versailles par M. de Brou.

Après la création des départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, le fonds de l’Intendance, comprenant toujours des documents de la Régence d’Ensisheim, est dissocié entre les deux départements, en février-mars 1792, de même que les dossiers de la Commission féodale. Plus de 800 liasses arrivent ainsi à Colmar, envoi complété en 1845 (1 liasse), en 1855 et 1856 (60 dossiers). En 1856, le maire d’Ensisheim remet aux archives départementales 4 registres de procès-verbaux des Etats (1512-1519, 1883-1591, 1592-1597, 1600-1610). En 1865, l’administration des Douanes restitue des documents qu’elle avait obtenus après 1806. S’y sont ajoutés les documents retirés des archives de la sous-préfecture de Belfort, obtenus en 1866.

En 1808, le fonds conservé à Colmar manqua de connaître un net accroissement : le gouvernement bavarois communiqua un répertoire de documents retrouvés à Günzburg en Souabe. Selon l’archiviste du Haut-Rhin, Dupont, il s’agissait là d’archives retirés du dépôt d’Innsbruck par le duc de Choiseul en 1758. Mais sa volonté de procéder à un triage et à des extraditions vers les départements alsaciens n’eut pas de suite. On pense que ces documents sont passés par la suite dans les Archives d’Etat de Bavière à Munich.

A l’opposé de ces efforts manqués de reconstitution, les archives de la Régence allaient connaître des diminutions importantes : en 1861, l’Hospice d’Ensisheim reçoit des comptes et pièces d’administration couvrant les années 1627-1631 et 1669-1671. Lors de la constitution des séries règlementaires (D, 1 E, 2 E, G, H, J), des documents appartenant au fonds de la Régence sont intégrés dans les différentes sous-séries alors créées et répertoriées. Par ailleurs, une politique d’échanges avec le Grand-Duché de Bade et le Royaume de Bavière entraînent d’autres mutilations du fonds, mutilations compensées par quelques extraditions en faveur des Archives du Haut-Rhin. Le Bas-Rhin, en 1889, obtient également des documents tirés du fonds de la Régence.

Malgré toutes ces péripéties, qui expliquent en partie les lacunes du fonds, ce dernier reste la source fondamentale pour toute étude portant sur la Haute-Alsace entre le XIIIème siècle et 1638. Les attributions de la Régence et de la Chambre d’Ensisheim font que l’on y trouve des sources illustrant tous les aspects de la vie sociale, religieuse, économique, politique ou artistique. Certes, il ne faut pas perdre de vue que les décisions importantes étaient prises, non pas á Ensisheim, mais á Innsbruck. Cela éclaire l’absence de documents donnant des décisions définitives : l’avis de la Régence ou de la Chambre d’Ensisheim est sollicité, mais c’est l’institution d’Innsbruck qui tranche. Cela ne doit pourtant pas cacher l’intérêt considérable des archives de la Régence et de la Chambre d’Ensisheim, surtout pour les dernières décennies de la présence habsbourgeoise en Haute-Alsace.

Contact :
Archives départementales du Haut-Rhin
3, rue Fleischhauer
68026 COLMAR Cedex

Tel.: 03 89 21 97 00
Fax: 03 89 21 98 51
decs-apm@haut-rhin.fr
www.archives.haut-rhin.fr


Bistumsarchiv Speyer

Le service des archives de l’évêché constitue la mémoire de l’église catholique du Palatinat et de la Sarre. Il prend en charge les fonds des évêques, du chapitre de la cathédrale mais aussi de l’ordinariat épiscopal. Par ailleurs, les archives des paroisses, des associations et institutions paroissiales sont elles aussi conservées aux archives de l’évêché. La constitution du service actuel remonte à la période du Congrès de Vienne. Avec le rétablissement du diocèse avec de nouvelles frontières entre 1817 et 1821, la création d’un service d’archives a été liée au vicariat de Spire. Lors des siècles précédents, pendant le règne des princes-évêques de Spire, on faisait une distinction entre les archives du prince-évêque et les archives du chapitre de la cathédrale. L’incendie de 1689, qui toucha toute la ville, détruisit aussi la cathédrale et la salle des archives. Des documents précieux ont été perdus. A plusieurs reprises, les archives ont dû être déplacées. Cela explique que les archives de l’évêché ne conservent aujourd’hui, à quelques exceptions près, que des fonds d’archives datant de la recréation du diocèse en 1817-1821. Les archives de la période des princes-évêques sont conservées au Generallandesarchiv à Karlsruhe, au Landesarchiv à Spire et au Bayerische Hauptstaatsarchiv à Munich. Dans les exceptions provenant de l’époque de l’ancien évêché de Spire, on peut trouver entre autres les deux Himmeroder Rotel (1194-1274), des chartes des diocèses de Spire et Worms du XIIIe au XVIIIe siècles, ainsi que des chartes des Stuhlbrüder de Spire (1264-1790). Les actes paroissiaux représentent une partie importante des archives de l’évêché. Ils constituent une source précieuse pour l’histoire du diocèse depuis 1817-1821 et pour l’histoire de chaque paroisse, pour les relations juridiques, le développement religieux et les relations sociales. Les Generalia de l’administration diocésaine constituent la partie la plus riche. Dans les archives du chapitre de la cathédrale, on trouvera des documents relatifs à des questions de droit et de propriété, à l’entretien des bâtiments, à la sécurité, à l’aménagement intérieur et extérieur de la cathédrale, les statuts du chapitre, des fonds sur la nomination du chapitre, ou encore les comptes-rendus de séances. Dans le fonds des archives épiscopales, on trouvera des documents sur les conférences de Bavière et de Fulda, ou également les négociations préalables au concordat bavarois de 1924, des documents sur le concordat impérial, des lettres pastorales des évêques allemands, des comptes-rendus de visites pastorales, et les dossiers des évêques de Spire. Des fonds d’archives documentent la recherche scientifique portant sur les associations paroissiales, les confréries ou les couvents. Les généalogistes trouveront sur microfilms ou microfiches les registres de baptêmes, mariages et décès des paroisses catholiques. En outre, le service conserve des fonds privés donnés par des prêtres ou par des laïcs importants du diocèse, ainsi que des collections diverses. Actuellement, des projets de numérisation des registres paroissiaux et des collections de photographies sont en cours. En parallèle du travail de classement et de traitement des archives, ainsi que des réponses aux demandes des chercheurs, le service des archives de l’évêché publie depuis 1975 la collection « Schriften des Diözesan-Archivs Speyer », dans laquelle ont déjà paru 50 volumes.

Contact :
Archiv des Bistums Speyer
Kleine Pfaffengasse 16
67346 Speyer

Téléphone : 06232/102-256
Fax : 06232/102-477
E-Mail: bistumsarchiv@bistum-speyer.de


– Landesarchiv Baden-Württemberg – Generallandesarchiv Karlsruhe

Les Archives générales régionales de Karlsruhe rattachées depuis 2005 aux Archives régionales de Bade-Wurtemberg ont été fondées en 1803, faisant alors office d’archives centrales du Pays de Bade – « Generallandesarchiv » dans la langue de l’époque. Le cœur historique des archives est constitué du legs des margraves de Bade. Avec les bouleversements territoriaux intervenus au début du 19e siècle, les nombreux documents des évêques de Spire et de Constance, en partie également de ceux de Strasbourg et de Bâle, tout comme les archives des ordres chevaliers et des Chevaliers d’Empire ainsi que de nombreux monastères et de villes libres d’Empire sont parvenus à Karlsruhe. De nombreuses archives, en partie d’une très grande importance, du Palatinat électoral et de l’Autriche antérieure y ont également été transférées.

Les documents des autorités supérieures du Grand-Duché et de la République de Bade datant des 19e et 20e siècles présentent eux aussi un grand intérêt. En font notamment partie les archives du parlement régional de Bade et des ministères, les pièces administratives de la cour grand-ducale ainsi que des administrations moyennes et inférieures du nord du Pays de Bade. Les documents du XIVe corps d’armée (badois) représentent une source d’information unique pour l’histoire de la Première Guerre mondiale – et notamment pour l’Alsace.

Les archives de la famille grand-ducale se trouvent dans le bâtiment où sont également déposés de nombreuses archives de nobles et de particuliers. On y trouve aussi des documents laissés par d’importants personnages publics. Les riches collections recèlent des cartes, des plans ainsi que des affiches, des portraits et des photographies.

Aujourd’hui, les Archives générales régionales sont chargées de la gestion et de la transmission par voie électronique des pièces et documents écrits des autorités administratives régionales et des tribunaux de la circonscription gouvernementale de Karlsruhe ainsi que des administrations fédérales régionales établies dans cette ville.

Avec plus de 36 000 mètres de rayonnages recueillant notamment 136 000 actes, 100 000 cartes et plans, 200 000 photographies et images, les Archives générales régionales figurent au nombre des principales Archives d’Etat en Allemagne. Les documents fort anciens remontent au 8e siècle et couvrent une grande partie de la région du Rhin supérieur.

Le département Archives générales régionales de Karlsruhe, riche en tradition, est aujourd’hui responsable de la gestion des pièces et documents écrits des administrations régionales et des tribunaux de la circonscription gouvernementale de Karlsruhe ainsi que des administrations fédérales régionales établies dans cette ville. Cependant, le cœur historique des Archives générales régionales situées dans un bâtiment fonctionnel achevé en 1905 est constitué des archives des margraves de Bade, des évêques de Spire et de Constance, d’une partie des archives diocésaines de Strasbourg et de Bâle, des archives des ordres chevaliers et, surtout, de nombreuses archives d’anciens monastères comme ceux de Salem, Reichenau, Sankt Blasien, Sankt Peter, Schwarzach ou Frauenalb. C’est de là que proviennent la plupart des quelque 130 000 actes et documents. Avec la médiatisation, les archives cantonales des Chevaliers d’Empire ainsi qu‘une partie des archives des villes libres d’Empire, du Palatinat électeur et de l’Autriche antérieure y ont été transférées. Les archives des plus hautes instances administratives du Grand-Duché de Bade datant des 19e et 20e siècles présentent par ailleurs un très grand intérêt. Les pièces et documents du parlement régional de Bade et des ministères, les archives des autorités administratives de la cour grand-ducale, mais également du corps d’armée badois de l’armée prussienne ainsi que des instances administratives moyennes et inférieures du nord du Pays de Bade constituent une source d’informations inépuisable pour la recherche régionale et locale. Les archives de la famille grand-ducale se trouvent dans le bâtiment ; on trouve par ailleurs de nombreuses archives privées de nobles et de particuliers ainsi que des documents laissés par d’importantes personnalités publiques. Les riches collections contiennent des cartes et des plans ainsi que des affiches, des portraits et des photographies.

Contact :
Landesarchiv Baden-Württemberg – Generallandesarchiv Karlsruhe
Nördliche Hildapromenade 3
76133 Karlsruhe
Allemagne

Tél. : +49(0)721/9262206
Fax : +49(0)721/9262231
glakarlsruhe@la-bw.de
www.generallandesarchiv.de


Landesarchiv Speyer

Le Landesarchiv de Spire et le Hautpstadtarchiv à Coblence forment l’administration des Landesarchiv du Land Rhénanie-Palatinat. En tant que service à dimension régionale sur les anciens territoires du Palatinat et de la Rhénanie-Hesse, le service gère les administrations du Land présentes dans sur son territoire ainsi que les collectivités locales, dans la mesure où celles-ci ne dispose pas d’un service d’archives propre. Au besoin, le service gère les institutions publiques juridiques qui existent dans le Palatinat et la Rhénanie-Hesse. En complément des fonds d’archives, le service conserve des collections diverses et de la documentation.

En 1816, le royaume de Bavière, conformément aux décisions du Congrès de Vienne, récupère une partie de l’ancien département français du Mont Tonnerre sous la dénomination de « Rheinkreis ». Dans ce contexte, le futur Landesarchiv de Spire est créé le 1er janvier 1817 en tant que « Kreisarchiv du Royaume de Bavière » pour le « Rheinkreis » (à partir de 1838 « Palatinat », et en 1939 « district du Palatinat ») au siège du nouveau gouvernement. En 1921, il devient « Staatsarchiv » puis à partir de 1975 « Landesarchiv ». En 1902, il s’installe dans un bâtiment sur la place de la cathédrale, et en 1987 dans une nouvelle construction futuriste sur le Stadtrand, où est aussi installée depuis 1990 la Landesbibliothek du Palatinat. Les documents conservés ici occupent environ 22 km d’étagères.

Comme c’est le cas pour d’autres services d’archives constitués dans l’Allemagne de l’ouest, les archives de Spire sont d’abord chargées de la prise en charge des archives des couvents dissous et des seigneuries, abandonnées lors de la conquête française, comme par exemple le Palatinat du Rhin (série A) et le Palatinat-Deux-Ponts (série B). A cela s’ajoute les documents concernant le Palatinat et émis par l’administration française (série G) et les versements faits au fur et à mesure par les nouvelles autorités bavaroises (série H), en particulier le gouvernement du Palatinat ou les autorités régionales (depuis 1939 « Landkreise »).

Le Landesarchiv a vu un accroissement significatif des fonds d’archives de l’époque de l’ancien empire lors de l’achat en 1996 de l’importante collection de chartes de Christoph Gatterers (1727-1799) et de son fils Christoph Wihlelm Jakob (1759-1838), représentant 4375 pièces. Une nouvelle entrée primordiale en 2003 et 2005 fut le prêt pour 20 ans d’abord par les archives bavaroises des documents concernant Spire issus de la division des archives du tribunal impérial envoyées à Munich au 19e siècle.

D’autres fonds contemporains intéressants du Landesarchiv concernent par exemple le séparatisme des années 1920 (sous-série R12), la police secrète d’état à Neustadt/W (sous-série H90 et H91) qui contient plus de 12 000 documents, l’aryanisation des biens juifs dans le Palatinat (sous-série T 104) ou encore la dénazification (R 18) et les réparation (pour le Palatinat R19 ; pour la Hesse rhénane R20).

A côté des fonds d’archives d’état, se trouvent 373 fonds d’archives de communes et de villes (série U), dont les archives de la ville d’Oppenheim remontant au 14e siècle avec 5424 documents. Dans les archives privées, on trouve entre autre le fonds d’archives d’entreprise de Gienanth (sous-série T98) et les fonds politiques de Franz Bögler (V 52), Jakob Ziegler (V118) et Oskar Stübinger (V184). Par ailleurs, le Landesarchiv conserve 80 fonds d’associations et 216 entrées.

Walter Rummel, Landesarchiv Speyer

Contact :

Landesarchiv Speyer

Otto Mayer-Str. 9

67346 Speyer

Deutschland

 

Tel.: 0049 (0) 6232/9192-102

Fax: 0049 (0) 6232/9192-100

post@landesarchiv-speyer.de

www.landeshauptarchiv.de

 


Stadtarchiv Freiburg im Breisgau

De la charte accordant au monastère de Sankt Märgen la protection du pape en 1125 et des minutes de l’interrogatoire des Juifs soupçonnés d’empoisonnement en 1348, aux dossiers concernant la création, en 1892, du champ d’épandage [actuel éco-quartier de Rieselfeld] et aux documents du concours pour la réalisation des floralies de 1987, en passant par les archives de la « guerre des femmes » de 1757 : telle est l’étendue des traces écrites, figurées et cartographiques que conservent les Archives municipales de Fribourg.

Aujourd’hui sont conservés en magasins quelque 22 000 chartes et 60 000 minutes du Moyen Âge et de l’époque moderne, environ 1 500 registres officiels (parmi lesquels les registres de copies d’actes depuis le XIIIe siècle et les minutes des séances du conseil depuis le XIVe siècle) et manuscrits (en partie issus des couvents de la ville), 380 mètres linéaires de comptes, plus de 4 000 mètres linéaires de dossiers, 80 armoires à fiches de déclarations domiciliaires et de polices d’assurance contre l’incendie. En permanence, de nouveaux versements d’archives administratives de la ville concourent à la poursuite ininterrompue de la documentation de près de 900 ans d’histoire municipale. Des collections (dépôts d’origine privée et associative, photographies, plans, affiches, etc.) complètent les fonds et contribuent à parachever la représentation de la pluralité de la vie locale. Une bibliothèque de 80 000 volumes étaie les recherches des usagers des Archives travaillant à l’histoire de Fribourg et du Sud-Ouest de l’Allemagne.

Les Archives municipales, abritées dans la maison ducale, l’ancienne résidence urbaine des abbés de Sankt Blasien, relèvent de l’administration municipale, et sont un service de la direction de la culture. Elles ont pour mission de veiller aux données et au patrimoine écrit produits dans le cadre de l’activité de cette administration, des commissions ou autres services municipaux, et qui ne sont plus nécessaires à l’activité courante, de collecter des fonds d’intérêt pérenne, de pourvoir à leur conservation sur le long terme et de favoriser leur utilisation. Bien que la première trace écrite de l’existence des Archives municipales ne remonte qu’à l’an 1414, certains indices laissent cependant supposer la constitution d’un fonds de chartes déjà au XIIIe siècle.

Au cours de leur longue histoire, les Archives municipales n’ont souffert que de pertes mineures. Les précieux fonds de chartes, de registres et d’archives irremplaçables pour les recherches historiques sur la ville étaient heureusement déjà évacués et en sécurité lorsque l’attaque aérienne massive sur Fribourg le 27 novembre 1944, dont fut victime la plus grande part de la vieille ville, détruisit également la totalité du bâtiment des Archives municipales dans la Turmstraße. Fribourg dispose ainsi aujourd’hui, selon le constat de leur ancien directeur Berend Schwineköper, « d’archives municipales vraiment abondantes par leur étendue, leur ancienneté et leur caractère relativement complet », qui peuvent « parmi les autres villes du Sud-Ouest de l’Allemagne (…) tout à fait revendiquer, par leur ampleur et leur valeur, la première place ».

L’aide aux usagers est une des missions clés des Archives. Elles exécutent, sur demande écrite ou orale, des recherches dans les fonds (environ 1 200 en 2012), délivrent des renseignements, et con-seillent les usagers dans leurs recherches scientifiques, familiales ou d’histoire locale. Chaque année, quelque 500 usagers travaillent, certains sur le long terme, dans la salle de lecture des Archives mu-nicipales. L’accès aux documents et les conseils sont gratuits. Seuls les travaux de photographie et les recherches sur commande sont facturés. Des visites des Archives sont possibles pour les groupes qui le souhaitent, principalement des scolaires et des étudiants, ainsi que des séances de travail de groupe sur les sources, dans la mesure du possible et après accord.

Les archives sont régulièrement chargées par l’administration municipale de recherches sur des thèmes d’un intérêt politique certain. Ainsi, l’histoire de la persécution des Juifs et des Roms ou Sintis, l’histoire du travail forcé et du conseil de ville à l’époque nazie, ainsi que l’histoire migratoire de la cité ont été étudiées et les résultats publiés. Mais les Archives ont aussi pour devoir de faire connaître les nouvelles connaissances sur l’histoire de la ville mises au jour par les particuliers. C’est à ce but que servent, en marge de la conception d’expositions, la publication de livres et les films (DVD) produits en collaboration avec la Maison du film documentaire. Les Archives municipales éditent deux collections scientifiques :

– les Veröffentlichungen aus dem Archiv der Stadt Freiburg im Breisgau [Publications des Archives de la ville de Fribourg-en-Brisgau], qui existent depuis 1890 et qui, à l’origine, servaient à publier des sources jusqu’alors inédites. Au fil du temps, l’accent s’est toutefois presque entièrement reporté des travaux d’édition à ceux présentant ou exploitant ces sources. Les thèses renouvelant les recherches sur l’histoire de la ville sont maintenant au premier plan. Depuis leur création, 40 volumes (quelques-uns doubles) ont paru.
– les cahiers richement illustrés de la Neue Reihe des Stadtarchivs Freiburg im Breisgau [Nouvelle collection des Archives municipales de Fribourg-en-Brisgau], fondée en 1981, qui se singularisent par leur format carré bien reconnaissable, servent, pour un plus large public, à publier les résultats de recherches scientifiques plus circonscrites sur des thèmes de la vie municipale. 21 titres ont été procurés à ce jour dans la collection Ville et histoire. L’ensemble de ces publications est disponible en librairie ou auprès des Archives municipales de Fri-bourg.

Les Archives municipales de Fribourg sont aussi le siège des bureaux de la société d’histoire du Brisgau « Schau-ins-Land », qui compte plus de 800 membres et publie annuellement la revue scientifique de même titre
(pour plus d‘informations sur cette association : www.breisgau-geschichtsverein.de).

Contact :
Stadtarchiv Freiburg im Breisgau
Grünwälderstr. 15
79098 Freiburg
Allemange

Tél. : 0761 201-2701
Fax : 0761 201-2799
stadtarchiv@stadt.freiburg.de
www.freiburg.de/stadtarchiv


Stadtarchiv Speyer

Les Archives de la ville de Spire comptent sans conteste parmi les plus anciennes et les plus riches de tradition de la région du Rhin supérieur. Les plus vieux documents écrits qui s’y trouvent remontent fort loin dans le Moyen-âge, le plus ancien aujourd’hui conservé étant un acte de 1182 par lequel l’empereur Frédéric Ier confirme et étend les célèbres privilèges accordés à la ville de Spire par l’empereur Henri V en 1111. L’évolution des Archives municipales reflète l’histoire de Spire, l’un des principaux centres urbains de l’empire médiéval. Sans doute s’est-on très tôt préoccupé de conserver et de garantir les droits et privilèges importants tant du point de vue politique qu’économique. Contrairement à d’autres communes où la présence d’archives est attestée relativement tard seulement, nous sommes, à Spire, en permanence informés, et ce depuis les dernières années du Moyen-âge, de l’évolution des archives municipales étroitement liées à la Chancellerie du Conseil. Selon les chartes et d’autres archives, il est question d’un rangement dans des coffres (Laden) placés dans les caves de l’hôtel de ville. Les privilèges les plus précieux étaient conservés dans le coffre rouge (« Rote Lade »). Le répertoire d’archives le plus ancien encore conservé date de 1579. Une exposition virtuelle (état : 2011) propose un bref historique des archives (à consulter sur Internet sous Link).

Les deux anciens fonds d’archives (1U et 1 U série chronologique) de Spire, ville libre d’Empire, comprennent près de 2100 documents remontant jusqu’à la fin du 18e siècle. De nombreux actes royaux et impériaux y figurent. La portée de ces actes au-delà de Spire et de ses environs immédiats est, en dépit de certaines pertes (notamment aux alentours de 1945), indéniable. Les deux fonds ainsi que les documents des fondations de charité locales (« Hospitalurkunden ») réunis sous la cote 121U et remontant eux aussi jusqu’au Moyen-âge avaient déjà été numérisés sous l’égide d’ICARUS (International Center for Archival Research) au printemps de 2011 dans le cadre du projet « Virtuelles deutsches Urkundennetzwerk » (Réseau allemand de documentation virtuelle) de la communauté de recherche DFG. Simultanément, il a été procédé à un rapide contrôle et traitement des métadonnées (saisie des regestes dans la base de données). Il est toutefois à noter que l’on ne dispose pas de regestes modernes – ils sont même en partie encore totalement inexistants. Les Archives municipales ont comme objectif à moyen terme un remaniement en profondeur de la documentation de la ville au moyen de courtes notices. La numérisation des archives concernant Spire au moment où elle était ville libre d’Empire a fortement progressé dans le cadre du projet « Archivum Rhenanum » : parallèlement à de volumineux registres officiels, dont certains remontent au 14e siècle, de nombreuses séries de pièces concernant l’ancienne ville libre d’Empire ont en effet été traitées et mises à disposition pour le portail du projet.

La présentation sous forme numérisée des actes, chartes et registres représente une plus-value considérable par rapport à autrefois. En effet, les documents scannés, avec les outils de recherche, sont partout disponibles pour la recherche scientifique – qui plus est en réseau avec d’autres fonds transfrontaliers. A travers la mise à disposition sur le portail, les précieux originaux sont protégés ; la numérisation contribue par ailleurs à la conservation et à la sauvegarde à long terme des archives de la région du Rhin supérieur.

En complément des fonds figurant sur le portail « Archivum Rhenanum », il est fait référence aux (autres) outils de recherche en ligne des Archives municipales.
A consulter sous Findbuch.net et « Deutsche Digitale Bibliothek »
D’autres informations ainsi qu’une sélection de présentations sont également accessibles par le biais des liens suivants : Digitale Präsentationen (via la page d’accueil)

Stadtarchiv@Web2.0.

Contact :
Stadtarchiv Speyer
Johannesstraße 22a
67346 Spire
Allemagne

Tél. : +49(0)6232 14-2265
Fax : +49(0)6232 14-2796
stadtarchiv@stadt-speyer.de
www.stadtarchiv.speyer.de


Autres partenaires et promoteurs :

Alemannisches Institut Freiburg i. Br. e.V.
Arbeitsgemeinschaft für geschichtliche Landeskunde am Oberrhein e.V.
Breisgau-Geschichtsverein Schau-ins-Land e.V.
Direction régionale des affaires culturelles Alsace
Entente rhénane des archivistes des services municipaux (ERASM)
Erzbischöfliches Archiv Freiburg i.Br.
Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace
Heidelberger Akademie der Wissenschaften
Historischer Verein der Pfalz e.V.
Institut für pfälzische Geschichte und Volkskunde
International Centre for Archival Research (ICARUS)
Staatsarchiv Basel-Stadt
Stadtarchiv Mainz
Universität Freiburg, Lehrstuhl für Mittelalterliche Geschichte I und Abt. Landesgeschichte
Universität Heidelberg, Institut für Fränkisch-Pfälzische Geschichte und Landeskunde
Université de Strasbourg, Institut d’histoire d’Alsace
Vereinigung “Auf den Spuren der Habsburger”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *