La numérisation a commencé à Colmar !

Le fonds de la Régence d’Ensisheim (cote : 1C) comprend 8691 pièces et représente 70 mètres linéaires. La numérisation de la totalité du fonds et sa mise en ligne demandant beaucoup de temps, une 1ère sélection de cote a été faite et elle sera complétée au fur et à mesure.

1ère étape : la numérisation des 85 premiers articles (les rouages de l’administration des Pays Antérieurs). 53 articles sont d’ores et déjà numérisés, soit 682 images !

Arch_Rhen_numérisation

 

A propos de « Archivum Rhenanum »

Je ne peux que me réjouir de tout ce que j’ai lu concernant ce projet. Car l’entente et la coopération franco-allemandes ont harmonieusement progressé au niveau des parlements nationaux, des gouvernements et des Ministères ainsi que de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ), ainsi que de nombreux jumelages ou échanges. Mais en même temps, le fossé entre le pays de Baden et l’Alsace s’est creusé depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale malgré le nombre de nouveaux ponts sur le Rhin et autres projets bien intentionnés. Il y a en effet de moins en moins d’Alsaciens vraiment bilingues; parmi ceux qui sont nés après 1970, rares sont ceux qui parlent l’allemand. Parallèlement, seul un petit nombre de Badois maîtrise le français: c’est tout aussi préoccupant. Il en résulte que pour se comprendre de part et d’autre du Rhin, on a bien souvent recours, plutôt mal que bien, à l’anglais.

L’Archivum Rhenanum peut servir de pont entre Français, Suisses et Allemands. Il les aide en effet, qu’ils soient jeunes ou moins jeunes, à s’approprier des pans importants du patrimoine culturel commun et ainsi à les préserver. Internet offre pour cela des perspectives fantastiques; il permet en effet à ceux qui se préoccupent de leur passé, qu’ils habitent Toulouse ou Aix la Chapelle, d’acquérir, chez eux, les bases et l’ouverture auxquelles ils aspirent. Et cela sans avoir à engager des frais de voyage et de séjour!

Dans cette optique, voici, à présent, trois suggestions:

1) Introduction à la langue: des archivistes et historiens alsaciens ont déjà élaboré pour cela des outils précieux (voir ci-dessous). Avec peu de frais supplémentaires, on peut les adapter aux besoins des élèves, des étudiants, des passionnés contemporains.

2) Introduction aux différents alphabets, en complément à la langue. Allemands, Français et Suisses sont souvent découragés, dès le départ, du seul fait que certains textes sont écrits en caractères «gothiques», voire en écriture ‘Sütterlin’ ou autres graphes. Il existe déjà, parfois sous forme de diptyque, des reproductions de textes complétées par des transcriptions; il faudrait les transférer dans Internet et préciser leur sens dans la langue parlée: Internet permet tout cela.

3) Introduction au travail pratique grâce à l’appui d’archivistes, d’historiens, de professeurs… En Alsace cela pourrait se faire dans telle ou telle ville de la Décapole, de préférence le week-end: par exemple à Kaysersberg en janvier, à Sélestat en février, à Wissembourg en mars… De même, du côté badois et palatin, à Landau, Kehl, Brisach. Les mois les plus appropriés me semblent être ceux où il y a peu de touristes, également en dehors des foires et des congrès, afin que les frais de séjour restent acceptables. C’est à de telles occasions que l’on pourrait faire connaissance, briser les préjugés et assurer, dès les premiers pas, l’épanouissement des participants.

Complément à 1 (Introduction à la langue): de nombreuses éditions de sources relatives à l’administration, à l’économie et à l’histoire de l’Alsace comprennent des glossaires allemands-français; voir Norbert Ohler: Auswahlbibliographie zur Landeskunde des Elsaß, vornehmlich zur Geschichte. In: Das Elsaß. Bilder aus Wirtschaft, Kultur und Geschichte. Hrg. von Jean-Marie Gall und Wolf-Dieter Sick (= Alemannisches Jahrbuch, 1987/88). Bühl 1991, S. 427-462, Nr. 402 à 488bis.

Nobert Ohler, Horben, Juli 2014
(Übersetzung Jean-Marie Trautmann, Thann, August 2014)