A voir absolument : les nouvelles Archives départementales du Bas-Rhin à Strasbourg

La réunion des partenaires co-financeurs, le 23 juillet à Strasbourg, a été l’occasion, pour leur plus grande satisfaction,  de faire visiter aux collègues allemands les nouvelles Archives départementales du Bas-Rhin. Suivez comme eux le guide en allemand, ou ci-dessous en français.

Les Archives départementales du Bas-Rhin à Strasbourg
Les Archives départementales du Bas-Rhin, comme les Archives des autres départements français, trouvent leur origine dans une loi de la période révolutionnaire. Elles dépendent de l’Etat par le biais du Service interministériel des Archives de France (Ministère de la Culture) et exercent en son nom le contrôle scientifique et technique des archives publiques de leur ressort.
Depuis la décentralisation (1986), les Archives départementales sont devenues une compétence du Conseil général et sont essentiellement financées par lui ; l’Etat continue de prendre en charge le traitement des conservateurs et une partie des coûts de construction des bâtiments.
Depuis 2010, les Archives relèvent de la Direction des Archives, du Patrimoine et de la Mémoire. Elles comptent 30 agents, répartis en 3 services :
– un service administratif et financier
– un service des publics (accueil, salle de lecture, offre pédagogique, numérisation, conservation préventive, site internet)
– un service collecte et traitement des fonds.

Fonds et séries
Une large part des fonds anciens, provenant des nombreuses et plus ou moins grandes seigneuries laïques, des institutions religieuses et des administrations supprimées, a été regroupée en application des lois de 1790 et 1793 relatives à la vente des Biens nationaux. Cette situation a abouti, avec la loi du 26 octobre 1796, à la fondation d’un service d’archives dans chaque chef-lieu de département.
Cette législation a été suivie et complétée d’autres dispositions règlementaires au XIXe s. : création en 1839 des postes d’archiviste, institution en 1841 d’un cadre de classement pratiquement inchangé jusque 1944, Règlement général des Archives départementales en 1843 , suivi en 1854, 1862 et 1867 d’instructions pour la rédaction et la publication des instruments de recherche. De toutes ces prescriptions, le cadre de classement reste jusqu’à ce jour la plus connue.
Il repose sur le principe de provenance des fonds, c’est-à-dire du respect de leur appartenance et cohérence originelles. Les Archives ont été réparties en 4 groupes chronologiques :
1.) les archives laïques et religieuses d’intérêt historique appelées Archives anciennes, avec pour limite le début de la Révolution française,
2.) Les fonds de la période révolutionnaire (1790-1800),
3.) les Archives modernes depuis 1800, qui servaient encore aux besoins courants de l’administration. Ce 3e groupe va normalement jusque 1940, mais dans le Bas-Rhin l’annexion de 1870 a conduit à la création d’un autre ensemble, les séries AL et D, pour l’époque du Reichsland jusque 1945,
4.) les Archives contemporaines, de 1945 à nos jours (Série W).

Eines der Magazine im Departementalarchiv Bas-Rhin (Straßburg)
Un des magasins des Archives départementales du Bas-Rhin (Strasbourg)

Chacun de ces 4 (en réalité 5) groupes est constitué de nombreux fonds. Les fonds antérieurs à 1870 dont la thématique était la même ont été rassemblés en grandes rubriques, appelées Séries et désignées chacune par une lettre de l’alphabet, par exemple B pour les archives judiciaires, C pour les archives de l’administration provinciale, E pour les fonds de seigneuries, familles ou notaires, G pour les archives du clergé séculier, H pour les archives du clergé régulier ou encore M pour l’administration générale du département à compter de 1800. Ces séries ont été postérieurement divisées en sous-séries.

Le quartier et le « Vaisseau »
Le site sur lequel se sont implantées les Archives départementales appartient à un « nouveau quartier » de la ville de Starsbourg. Il est proche du Port du Rhin et était auparavant une friche industrielle.
En face des Archives départementales se trouve le « Vaisseau », qui est également financé par le Conseil général du Bas-Rhin, et a ouvert en 2005. Il a depuis dépassé toutes les attentes : conçu pour recevoir annuellement 90 000 visiteurs, il en accueille aujourd’hui 170 000 par an. Cette structure permet aux enfants et adolescents de 3 à 15 ans de découvrir et expérimenter ensemble, avec d’autres enfants ou avec leurs parents, la science sur un mode ludique.  Elle propose aux enseignants une offre adaptée aux différentes classes, conforme aux programmes scolaires français et du Bade-Wurtemberg. Plus de 130 éléments interactifs permettent aux enfants de mettre en pratique la règle la plus importante du Vaisseau : « il est interdit de ne pas toucher ! ».

Le nouveau bâtiment des Archives
Le Conseil général du Bas-Rhin a décidé de financer un nouveau bâtiment pour les Archives en l’an 2000. Différents problèmes ont cependant reporté l’ouverture de ses portes au 13 février 2013.
La première partie du bâtiment consiste, sur 7 étages, en 45 magasins de conservation, un magasin froid et une chambre froide, desservis par 2 monte-charge. Tous les magasins ont été d’emblée équipés de rayonnages fixes ou mobiles aptes à accueillir 60 kilomètres linéaires de documents, à l’exception de 2 magasins, qui ont été équipés de meubles à plans. Les Archives accueillent aujourd’hui près de 30 kilomètres linéaires de documents, mais aussi de nombreux livres, plans, photographies et supports audio-visuels.
Un magasin « normal » a une surface de 200 m2 et une hauteur de 2,20 m. Il est précédé d’un sas. L’air pollué est filtré avant d’entrer dans les magasins, dont la température et l’humidité relative sont constamment surveillés par un prestataire extérieur. 50 sondes permettent de recueillir les mesures nécessaires, enregistrées sur un PC. On veille en outre à ce que l’éclairement soit le plus faible possible : c’est pourquoi les magasins ne disposent que d’une petite fenêtre.

Hörsaal des Departementalarchivs Bas-Rhin (Straßburg)
Auditorium des Archives départementales du Bas-Rhin (Strasbourg)

La seconde partie du bâtiment ne compte que 2 étages. On y trouve les espaces dédiés au public ainsi que les locaux de travail des agents des Archives. Dans l’atelier de restauration, on traite actuellement des documents de la Première Guerre mondiale avant leur numérisation ; celle-ci est réalisée dans une autre pièce, qui n’est pas encore équipée et fonctionnelle à 100%. Un auditorium particulier offre 90 places assises. Il y a aussi une salle d’exposition, ainsi qu’une salle de lecture de 80 places. Les Archives sont fréquentées chaque jour par environ 20 à 30 personnes différentes ; en tout, depuis l’ouverture en février 2013, 700 personnes se sont déjà inscrites.

Lesesaal des Departementalarchivs Bas-Rhin (Straßburg)
Salle de lecture des Archives départementales du Bas-Rhin (Strasbourg)

Le site internet des Archives départementales, qui existe depuis 2001, est en cours de rénovation. On peut déjà consulter en ligne les registres paroissiaux antérieurs à la Révolution et les registres d’état civil depuis 1793 jusque 1892 ou 1912 selon les communes, ainsi que les listes nominatives de la population des communes du département de 1819 à 1866.

Archivum Rhenanum présenté en anglais à Dublin dans le cadre d’une réunion ICARUS (26/06/2013)

Le projet a été présenté à Dublin, le 26 juin dernier, par Elisabeth Steiger (Archives municipales de Spire), sous le titre « Archivum Rhenanum: Project and portal of German and French archives on the upper Rhine. A workshop report ». Vous trouverez ci-dessous le support, le texte et deux clichés de son intervention.

 

Lecture at ICARUS-meeting, 26.6.2013, Dublin

Elisabeth Steiger/city archives Speyer

In my presentation I will briefly introduce a German-French project.

1. Introduction

The short-title of the project is « Archivum Rhenanum », it’s a cross-border project. Archivum Rhenanum runs under the support of the ‘Interreg IV Upper Rhine « . It has a term from January 2013 to the summer of 2015. The European Regional Development Fund financed the project with about 156,000 EURO. The program is also implemented and promoted by Switzerland (as a Non-EU-Member).

From the German side, the states of Baden-Württemberg and Rheinland-Pfalz are involved. From France, the two departments in Alsace are involved.

The output considerations are:

  • A long common history of ups and downs
  • Tradition problems because of a distributed storage
  • Research problems = caused by history, language, archives …

The portal as solution:

  • Archive and the Internet: Research tools (= catalogs) – Bullet point « retroconversion »
  • Digital presentations (it’s for charters): how much percent is possible?!
  • Digitization: Virtual reconstruction of tradition, service orientation, conservation

Basic question:

  • Portals as aggregators (DDB Europeana …)
  • Easier accesss for smaller archives through regional portals

Here you can see the possibilities of the Interreg-promoting, if you take the whole of the European Union in the view. In the north of Switzerland the producing zone for the Upper Rhine is located. There is also the project located.

2. Starting position

Now a few words to the beginning of the project and its starting position: Especially cross-border projects show us the need for virtual reconstruction of historical tradition. This is also perceived by the public. And also the political and administrative decision-makers in regional bodies can be convinced.

In the archives of the Upper Rhine different sources are retained. They are a cultural asset that plays a role for the memory and the backbone of a touristic and cultural presentation and marketing of the Upper Rhine region and its monuments. The distributed storage in archives on both sides of the Rhine (and so in two or three countries) has led to researches which terminate very often at the present border, the Rhine. Due to the varied history of the region, the cross border reconstruction of tradition has been a great desideratum. The conclusion: The historic memory, which is kept in the archives of the upper Rhine, is a “difficult memory”.

The reasons are: the region and its inhabitants frequently changed their nationality, once the one side was occupied by France, several times the Alsace was occupied by Germany. Many residents had to flee after or during the wars.

3. Project partners

Who works with the project? As co-financing partners, the two Alsatian regional archives (Archives départementales du Haut-Rhin/Colmar; Archives départementales du Bas-Rhin/Straßburg), the big Generallandesarchiv Karlsruhe, the city archives of Freiburg and of Speyer are involved. A project can only be successful if it is embedded and linked to many institutions and partners in the region.

This is documented by the participation of almost 25 other clubs, archives and scientific institutions in « Archivum Rhenanum ». Some other archives have indicated an interest in working together. ICARUS is also on board.

4. Project goals

One of the primary project goals is the extensive digitization of archival materials with cross-border implications. These are supplemented by deepened development work as well as conservation measures. A common portal with German and French surface is intended to facilitate the access to digital networked presentations: Currently, the construction of this portal is in progress. In addition to deciding on a product, of course, there are also questions to clarify concerning the import or export of data and of images; also possibilities of presentation and editing (keyword: collaboration, crowdsourcing), and of course the long-term availability of the portal. The portal will also include comprehensive information of the cross-border tradition-situation on the Upper Rhine. It is also provided to enable searches in larger contexts (for example in the German Digital Library, the Europeana and other online offerings from archives) beyond the portal. The central medium for all project partners and for the mediation of the project in the region’s population will be a bilingual website.

Since November 2012, a German and a French blog based on the easy-to-use software « Word Press » are available. The two blogs are interactive and open for the communication with users. New posts are easy to put online and can easily be « shared ». That of course also meets the EU requirements for communication and mediation of the project to the public.

You may already see it: the integration in the Digital Humanities is secured: The Franco-German humanities blog portal « hypotheses.org » forms the perfect background for the blogs. There we have already made very good experiences with our conference blog on the subject Web 2.0. Other applications of social media complete the offer of « Archivum Rhenanum ». The project workers regularly tweet (@ARhenanum or @ARhenanum_fr) and also use their own Facebook pages and the image-network “Pinterest”.

5. Key activities

The key activities in the project will deal with the medieval stocks and archival documents until the end of the 16th century. An extension of the project for later periods, that is up to the large German-French conflicts of the 19th and the first half of the 20th century, is provided.

6. Outlook

The involved archives will take various measures during the project to make it a success. In addition to the development and the editing of the archive collections of course digitization will stand in the foreground. The permanent presentation will be made ​​possible through the still built up (bilingual) portal. For all projects demanded by the EU, mediation to the public is essential: The in principal singularly existing cultural heritage of archives is presented as « historical memory ». During the project, a historical regional network should be established and deepened. Through regular events and meetings, the project should be made known.

The project has been presented to the public in the context of kick-off events in Colmar and Freiburg in February 2013. A number of ensuing lectures and presentations and especially the press reports clearly show that the kept safe of archives historical « heritage on the Rhine » is an important subject. From this perspective the project also seems to have potential to be respected beyond the narrow archival sphere.

So, at the end of my presentation we can only hope that the project helps to deepen these already in many areas of life existing bridges between the regions on the Upper Rhine. The archives protect the (historical) “heritage on the Rhine”, so they are the justified supporters of a project for the presentation of cultural heritage on the Upper Rhine!

Thank you very much for your attention!

DSCN1289kDSCN1291k

Présentation de l’association d’histoire du Brisgau « Schau-ins-Land »

Notre partenaire Breisgau-Geschichtsverein Schau-ins-Land e.V. est né après la Seconde guerre mondiale de la réunion de la Gesellschaft für Beförderung der Geschichtskunde et du Breisgau-Verein Schauinsland. Les deux associations s’occupaient antérieurement de l’histoire de la ville de Fribourg et de sa région. Pendant que la Gesellschaft, à la fondation de laquelle, en 1826, avaient pris part des professeurs d’université et de hauts fonctionnaires, se consacrait davantage à l’activité scientifique, le Breisgau-Verein, fondé en 1873, se fixait pour mission de „servir de point de rassemblement aux amis des randonnées en montagne, particulièrement dans les monts du Brisgau » et d’encourager leur intérêt pour l’histoire. Les deux associations publiaient des annuaires qui, après la fusion, ont trouvé leur prolongement dans la revue Breisgau-Geschichtsvereins „Schau-ins-Land“, qui paraît annuellement depuis 1946. L’annuaire est estimé à la fois par les spécialistes et par les amateurs d’histoire. Forum pour la présentation de nouvelles connaissances, de résultats intermédiaires ou de rapports d’avancement de recherches plus modestes mais significatives pour l’histoire de la ville et de sa région, „Schau-ins-Land“ offre à ses lecteurs un aperçu de l’état actuel de la recherche. La revue trouve sa place dans de nombreuses bibliothèques universitaires ou spécialisées.

Titelblatt des Jahrbuchs "Schau-ins-Land" aus dem Jahr 1882.
Page de titre de l’annuaire « Schau-ins-Land » de 1882.

Organisées en experts, excursions, conférences, visites guidées d’expositions historiques ou de fouilles archéologiques, tables rondes sur des thèmes d’histoire régionale constituent aujourd’hui le cœur des manifestations. L’association et ses plus de 750 membres se font le devoir d’encourager la recherche et la présentation scientifique de l’histoire du Brisgau et de ses environs du Rhin supérieur, et de maintenir vivant le souvenir des siècles passés.

Das Vereinslokal "Stube" des Breisgau-Geschichtsvereins im Historischen Kaufhaus von Freiburg.
Le local (« Stube ») de l’association d’histoire du Brisgau dans l’ancienne maison du commerce de Fribourg.

Coopération franco-allemande dans la recherche et l’enseignement (Bonn, 19/06/2013)

2013-06-19 15.50.07Le thème de cette rencontre restreinte d’experts à l’université de Bonn était très intéressant, même s’il faisait excessivement chaud dans la salle (presque des températures de la plaine du Rhin supérieur !). Quoi qu’il en soit : Archivum Rhenanum était représenté dans la salle et a contribué à faire quelques suggestions pour l’avenir. A l’agenda : rapports et discussions relatifs à la politique de l’enseignement supérieur, au « processus de Bologne » (naturellement), mais aussi aux programmes et projets de recherche transfrontaliers et/ou européens. Sur la photo : un aperçu du podium de l’après-midi.