Rencontre « Malgré la frontière. Processus de migrations à la frontière germano-tchèque » à Egra (CZ)

Journées d’étude « Trotz der Grenze. Migrationsprozesse im tschechisch-deutschen Grenzgebiet » [Malgré la frontière. Processus de migrations à la frontière germano-tchèque] dans le cadre du projet européen  » Ziel 3  » République tchèque / Saxe 2007-2013 sur le thème « Passer la frontière – nouveaux chemins de pays à pays » du 27 au 29 mai 2013 à Egra (Cheb, CZ).

Organisateur : Archives régionales de Plzeň, centre d’archives de l’arrondissement d’Egra.
Partenaires : Dialog mit Böhmen Greiz, Technische Universität Chemnitz, Antikomplex Prag.

 

 

L’Europe grandit en partageant son passé

Le Staatsanzeiger für Baden-Württemberg relève dans sa dernière édition, en date de vendredi dernier 15 mars (p. 31),  le développement concomitant de quatre projets transfrontaliers fondés sur l’étude et la diffusion du passé commun aux riverains du Rhin supérieur : le réseau des sociétés d’histoire du Rhin supérieur, le réseau des musées du Rhin supérieur (avec un projet d’exposition 2014 centré sur la Première guerre mondiale), l’exposition bi-nationale itinérante « Des hommes dans la guerre. 1914-1918 dans le Rhin supérieur »… et Archivum Rhenanum. Nous nous réjouissons de nous inscrire dans cette dynamique.

2013-03-15_Staatsanzeiger

Présentation des partenaires du projet : 3. Les Archives municipales de Fribourg-en-Brisgau

Dans le cadre de cette série sont présentées successivement les différentes institutions prenant part au projet.

Ratsprotokolle_Freiburg

Lesesaal_Freiburg

De la charte accordant au monastère de Sankt Märgen la protection du pape en 1125 et des minutes de l’interrogatoire des Juifs soupçonnés d’empoisonnement en 1348, aux dossiers concernant la création, en 1892, du champ d’épandage [actuel éco-quartier de Rieselfeld] et aux documents du concours pour la réalisation des floralies de 1987, en passant par les archives de la « guerre des femmes » de 1757 : telle est l’étendue des traces écrites, figurées et cartographiques que conservent les Archives municipales de Fribourg.

Aujourd’hui sont conservés en magasins quelque 22 000 chartes et 60 000 minutes du Moyen Âge et de l’époque moderne, environ 1 500 registres officiels (parmi lesquels les registres de copies d’actes depuis le XIIIe siècle et les minutes des séances du conseil depuis le XIVe siècle) et manuscrits (en partie issus des couvents de la ville), 380 mètres linéaires de comptes, plus de 4 000 mètres linéaires de dossiers, 80 armoires à fiches de déclarations domiciliaires et de polices d’assurance contre l’incendie. En permanence, de nouveaux versements d’archives administratives de la ville concourent à la poursuite ininterrompue de la documentation de près de 900 ans d’histoire municipale. Des collections (dépôts d’origine privée et associative, photographies, plans, affiches, etc.) complètent les fonds et contribuent à parachever  la représentation de la pluralité de la vie locale. Une bibliothèque de 80 000 volumes étaie les recherches des usagers des Archives travaillant à l’histoire de Fribourg et du Sud-Ouest de l’Allemagne.

Les Archives municipales, abritées dans la maison ducale, l’ancienne résidence urbaine des abbés de Sankt Blasien, relèvent de l’administration municipale, et sont un service de la direction de la culture. Elles ont pour mission de veiller aux données et au patrimoine écrit produits dans le cadre de l’activité de cette administration, des commissions ou autres services municipaux, et qui ne sont plus nécessaires à l’activité courante, de collecter des fonds d’intérêt pérenne, de pourvoir à leur conservation sur le long terme et de favoriser leur utilisation. Bien que la première trace écrite de l’existence des Archives municipales ne remonte qu’à l’an 1414, certains indices laissent cependant supposer la constitution d’un fonds de chartes déjà au XIIIe siècle.

Au cours de leur longue histoire, les Archives municipales n’ont souffert que de pertes mineures. Les précieux fonds de chartes, de registres et d’archives irremplaçables pour les recherches historiques sur la ville étaient heureusement déjà évacués et en sécurité lorsque l’attaque aérienne massive sur Fribourg le 27 novembre 1944, dont fut victime la plus grande part de la vieille ville, détruisit également la totalité du  bâtiment des Archives municipales dans la Turmstraße. Fribourg dispose ainsi aujourd’hui, selon le constat de leur ancien directeur Berend Schwineköper, « d’archives municipales vraiment abondantes par leur étendue, leur ancienneté et leur caractère relativement complet », qui peuvent « parmi les autres villes du Sud-Ouest de l’Allemagne (…) tout à fait revendiquer, par leur ampleur et leur valeur, la première place ».

L’aide aux usagers est une des missions clés des Archives. Elles exécutent, sur demande écrite ou orale, des recherches dans les fonds (environ 1 200 en 2012), délivrent des renseignements, et conseillent les usagers dans leurs recherches scientifiques, familiales ou d’histoire locale. Chaque année, quelque 500 usagers travaillent, certains sur le long terme, dans la salle de lecture des Archives municipales. L’accès aux documents et les conseils sont gratuits. Seuls les travaux de photographie et les recherches sur commande sont facturés. Des visites des Archives sont possibles pour les groupes qui le souhaitent, principalement des scolaires et des étudiants, ainsi que des séances de travail de groupe sur les sources, dans la mesure du possible et après accord.

Les archives sont régulièrement chargées par l’administration municipale de recherches sur des thèmes d’un intérêt politique certain. Ainsi, l’histoire de la persécution des Juifs et des Roms ou Sintis, l’histoire du travail forcé et du conseil de ville à l’époque nazie, ainsi que l’histoire migratoire de la cité ont été étudiées et les résultats publiés. Mais les Archives ont aussi pour devoir de faire connaître les nouvelles connaissances sur l’histoire de la ville mises au jour par les particuliers. C’est à ce but que servent, en marge de la conception d’expositions, la publication de livres et les films (DVD) produits en collaboration avec la Maison du film documentaire. Les Archives municipales éditent deux collections scientifiques :

– les Veröffentlichungen aus dem Archiv der Stadt Freiburg im Breisgau [Publications des Archives de la ville de Fribourg-en-Brisgau], qui existent depuis 1890 et qui, à l’origine, servaient à publier des sources jusqu’alors inédites. Au fil du temps, l’accent s’est toutefois presque entièrement reporté des travaux d’édition à ceux présentant ou exploitant ces sources. Les thèses renouvelant les recherches sur l’histoire de la ville sont maintenant au premier plan. Depuis leur création, 40 volumes (quelques-uns doubles) ont paru.

– les cahiers richement illustrés de la Neue Reihe des Stadtarchivs Freiburg im Breisgau [Nouvelle collection des Archives municipales de Fribourg-en-Brisgau], fondée en 1981, qui se singularisent par leur format carré bien reconnaissable, servent, pour un plus large public, à publier les résultats de recherches scientifiques plus circonscrites sur des thèmes de la vie municipale. 21 titres ont été procurés à ce jour dans la collection Ville et histoire.

L’ensemble de ces publications est disponible en librairie ou auprès des Archives municipales de Fribourg.

Les Archives municipales de Fribourg sont aussi le siège des bureaux de la société d’histoire du Brisgau « Schau-ins-Land », qui compte plus de 800 membres et publie annuellement la revue scientifique de même titre (pour plus d‘informations sur cette association : www.breisgau-geschichtsverein.de).

Coordonnées :

Stadtarchiv Freiburg im Breisgau
Grünwälderstr. 15
79098 Freiburg

Tél. : 0761 201-2701
Fax : 0761 201-2799
stadtarchiv@stadt.freiburg.de
www.freiburg.de/stadtarchiv

Horaires d’ouverture :

Lundi, mardi et jeudi de 10h à 16h, mercredi de 10h à 18h, fermé le vendredi (il est recommandé de prendre rendez-vous).

Modalités d’accès :

En transports en commun :
Toutes lignes de tramway en direction du centre-ville, arrêt Bertoldsbrunnen.

En voiture :
Autobahn [Autoroute] A 5, sortie Freiburg-Mitte [Fribourg centre], direction Innenstadt [centre ville]. Les Archives ne disposant pas de parking, les visiteurs sont priés de suivre les règles du stationnement urbain.

Coopération transfrontalière dans le Rhin supérieur en matière de recherche historique – Le point de vue d’un « chercheur invité » à Fribourg et Strasbourg

Nous avons le plaisir de publier, avec son accord dont nous le remercions vivement, le texte de la conférence inaugurale prononcée en allemand par M. Gilles Buscot à Fribourg, le 26 février dernier. La forme orale de l’intervention a été conservée.

 Pour télécharger ce fichier, cliquez ici : 2013-02-26_Freiburg_Festvortrag

Présentation des partenaires du projet : 2. Les Archives départementales du Bas-Rhin

Dans le cadre de cette série sont présentées successivement les différentes institutions prenant part au projet.

Créées en 1796 pour recueillir et conserver les archives publiques – administratives, judiciaires, ecclésiastiques – produites et à produire sur le territoire du département, les Archives départementales du Bas-Rhin détiennent 30 km linéaires de documents datant du IXe s. à nos jours. Placées sous l’autorité du Président du Conseil général du Bas-Rhin depuis la décentralisation (1986), les Archives sont une compétence obligatoire du Département. Elles sont soumises au contrôle scientifique et technique de l’État exercé par le Service interministériel des Archives de France (ministère de la Culture) et exercent elles-mêmes au nom de l’Etat le contrôle scientifique et technique des producteurs d’archives publiques du département.

Les Archives départementales du Bas-Rhin ont d’abord été abritées dans l’actuel hôtel de la Préfecture (ancien hôtel de l’Intendant), puis à partir de 1805 dans l’ancien grenier d’abondance, un bâtiment du XVe siècle, contigu à la préfecture, devenu par la suite magasin de décors du théâtre. En 1867, les collections sont installées rue Brûlée, dans l’ancien magasin des tabacs, en face de la Préfecture. A l’occasion du développement de la Neustadt, un nouveau bâtiment est construit à l’angle de l’avenue de la Forêt-Noire et de la rue Fischart, où les archives s’installent en 1896. Une seconde aile de magasins est construite en 1932, puis un bâtiment moderne, le « Cardosi », en 1971.

Après un déménagement de 6 mois, les Archives départementales du Bas-Rhin viennent en février 2013 de rouvrir leurs portes dans un bâtiment moderne, 6 rue Philippe Dollinger à Strasbourg, où elles disposent, sur 7 niveaux, de magasins de conservation d’une capacité totale de 60 km linéaires, d’une salle de lecture de 80 places, d’un auditorium, d’une salle d’exposition, d’un local pour leur service éducatif, et d’autres espaces de travail (bureaux, salles de tri…).

Les Archives départementales du Bas-Rhin disposent depuis 2001 d’un site internet appelé à être prochainement entièrement refondu. Les fonds actuellement numérisés et mis en ligne sont ceux plébiscités par les généalogistes : les registres paroissiaux du département antérieurs à 1793 et les registres d’état civil jusque 1892 ou 1912 selon les communes, ainsi que les listes nominatives de population des communes du département de 1819 à 1866.

Dans le cadre du projet Archivum Rhenanum, les Archives départementales du Bas-Rhin adoptent une autre démarche, en restaurant, numérisant et mettant en valeur à destination des publics allemand et français le plus ancien fonds civil qu’elles conservent, d’intérêt régional et transfrontalier, celui de la Landvogtei Hagenau  (Préfecture de Haguenau), institution impériale notamment chargée, de la fin du Moyen Âge au XVIIe s., des relations avec les villes de la Décapole.

Photo : Façade nord, sérigraphies de Margaret Gray – (c) Denis Guichot/CG67.

En savoir plus : conseil-general-bas-rhin-depliant-nouvelles-archives-departementales

Manifestation de lancement le 26/02/2013 à Fribourg

AuftaktveranstaltungFreiburg_01Mardi dernier aux Archives municipales de Fribourg – chez le porteur du projet cette fois, et ainsi de façon un peu plus solennelle – s’est tenue la seconde manifestation de lancement d’Archivum Rhenanum. L’orateur invité, monsieur Gilles Buscot, attaché de coopération universitaire à Heidelberg,  a évoqué ses recherches passées à Fribourg et à Strasbourg, et a souligné tout l’intérêt de la démarche entreprise pour les étudiants et chercheurs de toutes disciplines. Autour du buffet les conversations  entre français et allemands ont ensuite été particulièrement intéressantes et prometteuses. De nouveau une belle soirée !