Présentation des partenaires du projet : 1. Les Archives municipales de Spire

Dans le cadre de cette série seront présentées toutes les institutions prenant part au projet « Archivum Rhenanum ».

Roll-up_1Les Archives de la ville de Spire (depuis 2012 : Direction du patrimoine culturel – Archives municipales, musées, sites mémoriels) disposent d’un legs clos et riche, provenant de l’époque où Spire, en qualité de « ville libre d’Empire », et en raison des assemblées impériales qui s’y tenaient, était l’un des « centres » du Saint Empire romain germanique. Le plus haut tribunal impérial, le tribunal de la chambre impériale, siégeant à Spire depuis 1527 (jusque 1689), renforce cette fonction. L’importance patrimoniale des sources de l’époque impériale conservées aux Archives dépasse la ville de Spire et concerne toute la région du Rhin supérieur.

Les Archives municipales sélectionneront dans les fonds d’archives de l’époque impériale (1A et 1B) les sources intéressantes à numériser et à présenter sur le portail. Les registres de l’administration et les actes du conseil de ville de la fin du Moyen Âge, par exemple, importants pour le commerce régional, l’économie, la politique et les « relations extérieures » de la ville, paraissent particulièrement  pertinents. S’y ajoutent des sources d’archives relatives aux assemblées impériales, au tribunal de la chambre impériale, ainsi qu’à la Réforme. Il s’agit en tout de 1.000 pièces isolées, archives ou manuscrits (environ 10 à 15.000 images).

Les Archives de la ville proposent dans le même temps leur fonds de chartes particulièrement relatif au projet, avec quelque 2.500 chartes, depuis 1182, mises en ligne sur le portail Monasterium. Sont actuellement disponibles sur le moteur de recherche en ligne des Archives environ 25.000 vues de documents d’archives.

Concernant l’histoire des Archives : les Archives de la ville de Spire sont les plus anciennes Archives communales du Palatinat et l’une des plus anciennes institutions de la ville de Spire. On les évque déjà au XIVe siècle. Depuis 1454, les privilèges particulièrement précieux, comme les dipômes impériaux, ont été conservés dans le « coffre rouge ». En dépit de nombreuses pertes à l’époque moderne, les Archives municipales de Spire comptent, en raison de leur riche héritage de ville impériale, parmi les les plus importantes Archives communales d’Allemagne, tout en restant cependant jusqu’à nos jours, par comparaison, peu exploitées. Logées depuis 1726 dans le nouvel Hôtel de ville de Spire, les Archives de la ville ont réussi en 1995 leur déménagement dans l’ancien bâtiment de la bibliothèque du Land Palatinat, Johannesstraße 22a. Elles y disposent depuis, sur deux étages, de magasins de grande capacité, d’espaces de bureaux et d’une grande salle de lecture. La salle de lecture sert aussi pour les manifestations des Archives (conférences, expositions). Depuis 2012, les Archives sont aussi, en qualité de « Direction du patrimoine culturel », responsables du contrôle scientifique du musée juif de Spire.

BCS2_3173 BCS2_3174

BCS2_3175
Attestation du Conseil en date du 22 août 1446, en faveur de Conrad, prévôt de l’abbé de Wissembourg,  selon laquelle, en tant que bourgeois et marchand pendant quelque 25 ans à Spire, il n’a rien commis de déloyal.

“Réconcilier par l’autel” – La France et l’Allemagne après 1945

 

“Réconcilier par l’autel”. Conférence solennelle  pour l’ouverture de la série de conférence des Archives municipales de Spire – avec une brève présentation du projet “Archivum Rhenanum”.

Les nombreuses initiatives de l’Église dans le domaine de la réconciliation franco-allemande après la Seconde guerre mondiale étaient abordées hier à l’hôtel de ville de Spire (dans la salle historique du Conseil) par Michael Kißener, docteur et professeur en histoire contemporaine à Mayence. Ces tentatives de rapprochement de la „société civile“, les rencontres communes de prêtres et de laïcs, etc. furent justement une préparation à ce qui aujourd’hui paraît parfaitement normal : une bonne entente commune entre les deux États, les deux populations. Les activités considérées des deux Églises commencèrent tôt : les symboles tels que le traité de l’Elysée de 1963 ont certes eu du sens, mais ont aussi, pour ainsi dire, étaient en retard sur l’évolution. Une belle conférence, suivie et applaudie par une bonne cinquantaine d’invités. L’occasion a été employée pour présenter brièvement notre projet aux visiteurs et amis des Archives. Dans ce but, Archivum Rhenanum a été, espérons-le au moment opportun, présenté sur des panneaux particuliers.

Manifestation de lancement le 13/02/2013 à Colmar

Hier soir s’est tenue aux Archives départementales du Haut-Rhin à Colmar la première des deux manifestations de lancement du projet. Le propos n’y était pas uniquement solennel et sérieux (l’orateur était le professeur Pierre Monnet, Directeur de l’Institut français d’histoire en Allemagne) ; mais la discussion et les questions du public étaient aussi enjouées. Une belle soirée ! Dans quinze jours, le 26 février, le projet sera présenté à Fribourg – seconde des deux manifestations de lancement.

Projet transfrontalier PORTA FONTIUM

 

« Réseau bavaro-tchèque de sources historiques numérisées »

Le portail « Porta fontium » http:/www.portafontium.eu/ regroupe des fonds d’archives numérisés relatifs à l’histoire commune de la Bavière et de la Tchéquie du Moyen Âge jusqu’à 1948. Les Archives régionales de Plzeň et les centres d’archives d’arrondissement qui en dépendent ont publié plus de 11.000 registres, 15.000 photographies, plus de 5000 chroniques urbaines, villageoises, scolaires, paroissiales ou associatives, et 55 chartes du monastère de Waldsassen. Les Archives centrales de l’Etat de Bavière ont publié plus de 9.500 cartes postales et photographies, ainsi que 23 chroniques locales, associatives ou scolaires issues des « archives des Allemands des Sudètes ». Le Centre des Archives d’Etat d’Amberg a fourni plus de 1.600 chartes médiévales et modernes du monastère de Waldsassen, incluant en particulier de ravissantes représentations en couleurs de sceaux choisis du 18e siècle. Du côté tchèque, on a rendu accessible en ligne des milliers de registres paroissiaux de l’ouest de la Bohême, de photographies et de cartes postales, de chroniques, ainsi que les archives de l’ancienne ville d’Empire Egra (Cheb).

La fréquente division des fonds d’archives reflète les ruptures de l’histoire bavaroise et germano-tchèque. Leur réunion virtuelle et les possibilités d’interrogation faisant fi des frontières territoriales et archivistiques facilitent considérablement les recherches d’histoire locale et familiale dépendant de l’histoire bavaro-tchèque. Mais c’est aussi pour l’enseignement scolaire que l’on a rendu ces sources visibles.

Le portail lui-même, ainsi que son contenu numérisé, accessible publiquement et sans barrière, ont vu le jour avec le soutien financier de l’Union européenne, par le biais du programme « Ziel 3 » de collaboration transfrontalière entre l’Etat de Bavière et la République tchèque 2007-2013 (INTERREG IV A), et avec celui de la chancellerie de Bavière. Au cours de ce projet de « Réseau bavaro-tchèque de sources historiques numérisées » la Direction générale des Archives de l’Etat de Bavière, les Archives centrales de l’Etat de Bavière et le Centre des Archives d’Etat d’Amberg ont travaillé en étroite collaboration avec les Archives régionales de Plzeň. Le portail doit, même après la durée du projet, continuer de s’étoffer d’autres contenus.

L’atlas historique d’Alsace en ligne

Cet atlas en ligne, bilingue, recueille des cartes historiques avec leurs notices ; il répond à bon nombre de questions sur l’histoire alsacienne. Son accès est gratuit, et il offre la possibilité de télécharger les cartes. Ce projet est issu de la collaboration entre l’Université de Haute-Alsace (financement de l’atelier de cartographie), la Fédération des Sociétés savantes, la Région Alsace (aide et financement), et un comité de projet ayant endossé la responsabilité scientifique et technique du projet.

L’atlas en ligne est consultable à l’adresse : http://www.atlas.historique.alsace.uha.fr/.

Mélanges pour Bernhard Metz : un nouveau volume des « Neue Forschungen zur elsässischen Geschichte im Mittelalter »

Le dernier volume des « Neue Forschungen zur elsässischen Geschichte im Mittelalter », édité par Laurence Buchholzer-Remy, Sabine von Heusinger, Sigrid Hirbodian, Olivier Richard et Thomas Zotz, est dédié à l’archiviste et historien régional alsacien bien connu Bernhard Metz. Qui souhaite s’informer de son contenu peut lire une première recension (en allemand) sous ce lien : http://ifb.bsz-bw.de/bsz376172134rez-1.pdf.