A voir absolument : les nouvelles Archives départementales du Bas-Rhin à Strasbourg

La réunion des partenaires co-financeurs, le 23 juillet à Strasbourg, a été l’occasion, pour leur plus grande satisfaction,  de faire visiter aux collègues allemands les nouvelles Archives départementales du Bas-Rhin. Suivez comme eux le guide en allemand, ou ci-dessous en français.

Les Archives départementales du Bas-Rhin à Strasbourg
Les Archives départementales du Bas-Rhin, comme les Archives des autres départements français, trouvent leur origine dans une loi de la période révolutionnaire. Elles dépendent de l’Etat par le biais du Service interministériel des Archives de France (Ministère de la Culture) et exercent en son nom le contrôle scientifique et technique des archives publiques de leur ressort.
Depuis la décentralisation (1986), les Archives départementales sont devenues une compétence du Conseil général et sont essentiellement financées par lui ; l’Etat continue de prendre en charge le traitement des conservateurs et une partie des coûts de construction des bâtiments.
Depuis 2010, les Archives relèvent de la Direction des Archives, du Patrimoine et de la Mémoire. Elles comptent 30 agents, répartis en 3 services :
– un service administratif et financier
– un service des publics (accueil, salle de lecture, offre pédagogique, numérisation, conservation préventive, site internet)
– un service collecte et traitement des fonds.

Fonds et séries
Une large part des fonds anciens, provenant des nombreuses et plus ou moins grandes seigneuries laïques, des institutions religieuses et des administrations supprimées, a été regroupée en application des lois de 1790 et 1793 relatives à la vente des Biens nationaux. Cette situation a abouti, avec la loi du 26 octobre 1796, à la fondation d’un service d’archives dans chaque chef-lieu de département.
Cette législation a été suivie et complétée d’autres dispositions règlementaires au XIXe s. : création en 1839 des postes d’archiviste, institution en 1841 d’un cadre de classement pratiquement inchangé jusque 1944, Règlement général des Archives départementales en 1843 , suivi en 1854, 1862 et 1867 d’instructions pour la rédaction et la publication des instruments de recherche. De toutes ces prescriptions, le cadre de classement reste jusqu’à ce jour la plus connue.
Il repose sur le principe de provenance des fonds, c’est-à-dire du respect de leur appartenance et cohérence originelles. Les Archives ont été réparties en 4 groupes chronologiques :
1.) les archives laïques et religieuses d’intérêt historique appelées Archives anciennes, avec pour limite le début de la Révolution française,
2.) Les fonds de la période révolutionnaire (1790-1800),
3.) les Archives modernes depuis 1800, qui servaient encore aux besoins courants de l’administration. Ce 3e groupe va normalement jusque 1940, mais dans le Bas-Rhin l’annexion de 1870 a conduit à la création d’un autre ensemble, les séries AL et D, pour l’époque du Reichsland jusque 1945,
4.) les Archives contemporaines, de 1945 à nos jours (Série W).

Eines der Magazine im Departementalarchiv Bas-Rhin (Straßburg)
Un des magasins des Archives départementales du Bas-Rhin (Strasbourg)

Chacun de ces 4 (en réalité 5) groupes est constitué de nombreux fonds. Les fonds antérieurs à 1870 dont la thématique était la même ont été rassemblés en grandes rubriques, appelées Séries et désignées chacune par une lettre de l’alphabet, par exemple B pour les archives judiciaires, C pour les archives de l’administration provinciale, E pour les fonds de seigneuries, familles ou notaires, G pour les archives du clergé séculier, H pour les archives du clergé régulier ou encore M pour l’administration générale du département à compter de 1800. Ces séries ont été postérieurement divisées en sous-séries.

Le quartier et le « Vaisseau »
Le site sur lequel se sont implantées les Archives départementales appartient à un « nouveau quartier » de la ville de Starsbourg. Il est proche du Port du Rhin et était auparavant une friche industrielle.
En face des Archives départementales se trouve le « Vaisseau », qui est également financé par le Conseil général du Bas-Rhin, et a ouvert en 2005. Il a depuis dépassé toutes les attentes : conçu pour recevoir annuellement 90 000 visiteurs, il en accueille aujourd’hui 170 000 par an. Cette structure permet aux enfants et adolescents de 3 à 15 ans de découvrir et expérimenter ensemble, avec d’autres enfants ou avec leurs parents, la science sur un mode ludique.  Elle propose aux enseignants une offre adaptée aux différentes classes, conforme aux programmes scolaires français et du Bade-Wurtemberg. Plus de 130 éléments interactifs permettent aux enfants de mettre en pratique la règle la plus importante du Vaisseau : « il est interdit de ne pas toucher ! ».

Le nouveau bâtiment des Archives
Le Conseil général du Bas-Rhin a décidé de financer un nouveau bâtiment pour les Archives en l’an 2000. Différents problèmes ont cependant reporté l’ouverture de ses portes au 13 février 2013.
La première partie du bâtiment consiste, sur 7 étages, en 45 magasins de conservation, un magasin froid et une chambre froide, desservis par 2 monte-charge. Tous les magasins ont été d’emblée équipés de rayonnages fixes ou mobiles aptes à accueillir 60 kilomètres linéaires de documents, à l’exception de 2 magasins, qui ont été équipés de meubles à plans. Les Archives accueillent aujourd’hui près de 30 kilomètres linéaires de documents, mais aussi de nombreux livres, plans, photographies et supports audio-visuels.
Un magasin « normal » a une surface de 200 m2 et une hauteur de 2,20 m. Il est précédé d’un sas. L’air pollué est filtré avant d’entrer dans les magasins, dont la température et l’humidité relative sont constamment surveillés par un prestataire extérieur. 50 sondes permettent de recueillir les mesures nécessaires, enregistrées sur un PC. On veille en outre à ce que l’éclairement soit le plus faible possible : c’est pourquoi les magasins ne disposent que d’une petite fenêtre.

Hörsaal des Departementalarchivs Bas-Rhin (Straßburg)
Auditorium des Archives départementales du Bas-Rhin (Strasbourg)

La seconde partie du bâtiment ne compte que 2 étages. On y trouve les espaces dédiés au public ainsi que les locaux de travail des agents des Archives. Dans l’atelier de restauration, on traite actuellement des documents de la Première Guerre mondiale avant leur numérisation ; celle-ci est réalisée dans une autre pièce, qui n’est pas encore équipée et fonctionnelle à 100%. Un auditorium particulier offre 90 places assises. Il y a aussi une salle d’exposition, ainsi qu’une salle de lecture de 80 places. Les Archives sont fréquentées chaque jour par environ 20 à 30 personnes différentes ; en tout, depuis l’ouverture en février 2013, 700 personnes se sont déjà inscrites.

Lesesaal des Departementalarchivs Bas-Rhin (Straßburg)
Salle de lecture des Archives départementales du Bas-Rhin (Strasbourg)

Le site internet des Archives départementales, qui existe depuis 2001, est en cours de rénovation. On peut déjà consulter en ligne les registres paroissiaux antérieurs à la Révolution et les registres d’état civil depuis 1793 jusque 1892 ou 1912 selon les communes, ainsi que les listes nominatives de la population des communes du département de 1819 à 1866.


Une réflexion au sujet de « A voir absolument : les nouvelles Archives départementales du Bas-Rhin à Strasbourg »

  1. Je fais des recherches sur mes grand parents, Elizabeth Torterotot, nee a La Walck le 15 Nov, 1874, son pere Charles Cyprien Torterotot, ne le 9 Jan, 1805 a Strasbourg et sa mere Elizabeth KLEIN, nee a Pfaffenhoffen, le 21 Mar, 1846. Marrier le 24 Juin 1897 avec Jean Victor Achille SIMON. Je voudrais trouver la date et cause de son decee.
    Je vous remercie d’avance si vous avez quelque informations a me donner

    Paulette S. Babin
    Nee SIMON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *